Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2016

CLOUEE AU SOL de GEORGE BRANT

aff.clouee.jpg

 

 

LES DECHARGEURS

 

3, rue des Déchargeurs

 

75001 PARIS

 

(M° Châtelet)

 

loc. 01 42 36 00 50

 

http://www.lesdechargeurs.fr/

 

Tous les jours sauf dimanche

& lundi à 21h30

 

jusqu'au 26 NOVEMBRE 2016

 

 

Traduction : Dominique HOLLIER

 

Mise en scène : GILLES DAVID

(sociétaire de la Comédie Française)

 

avec : Pauline BAYLE

 

Clouee-au-sol.jpg

 


En intro, projection de texte explicatif, blanc sur noir.

Manie héritée des médias quand il s'agit d'un thème d'actualité, tout expliquer, ce qui a tendance à favoriser la paresse intellectuelle mais passons.

Un personnage debout, au presque garde-à-vous, se tient dans une peu seyante combinaison de couleur muraille.

Nous apprenons que cette femme a réalisé son rêve ( sic ) être pilote de chasse ! Apparemment la dame prend son pied à tirer sur des cibles irakiennes du haut de son avion. Dois-je ajouter que l'auteur du texte est américain ?

Comme heureusement pour ceux d'en-bas, elle n'est pas toujours dans le bleu du ciel, elle va un jour de perm'  rencontrer Eric et puisque c'est une femme d'action, ça ne va pas traîner d'autant que s'envoyer en l'air, elle connaît !

Lui est subjugué …

Après quelques exercices physiques, elle repartira à son activité habituelle et ils ne correspondront plus que par webcam interposée. Pas de chance, c'est la tuile : la dame est enceinte. ( tiens, lors d'une première rencontre, ils n'utilisent pas de préservatifs aux U.S.A ? )

On trouve assez incroyable qu'elle couche avec un type qu'elle ne connaît pas et ne prenne aucune précaution mais notre héroïne ne brille pas par la cérébralité non plus !
Impossible de continuer les missions en de telles circonstances. Alors, avant de rendre la nouvelle officielle, elle s'offrira un dernier vol ce qui, vu la nature du chargement, confirme bien sa légèreté mentale.
 
Congé de maternité bien sûr mais la nostalgie de sa vie d'avant finira par la rattraper. Tiger ( son avion ) lui manque …

( bizarre qu'elle le préfère à sa fille et au père de son enfant ce qui en dit long sur la gravité de l'intox' )

Or le temps a passé, ce qui fait qu'engagée dans l'U.S. Air Force elle va se retrouver mutée à la " rocking-chair-force."  En clair, dans un bureau, face à un écran au pilotage de drones …

Conditionnement aidant, sa déconvenue ne tardera pas à se transformer en un sentiment d'hyper-puissance puisque là où elle est, elle peut désormais donner la mort sans risquer quoique ce soit. Elle se prendra alors pour Dieu jusqu'à ce que le peu de raison qu'elle possède sombre et qu'elle ne distingue plus le rêve-cauchemar de la réalité.

 

couchee.jpg

( photos : Marina RAURELL )



Ce monologue est pour la comédienne ( sans jeu de mots ) un morceau de bravoure. Son personnage aboie littéralement le texte jusqu'à sidérer le spectateur que l'hyper-réalité des faits tétanise en son fauteuil comme s'il s'y trouvait pieds et poings liés.

A la suite d'un fait que je vous laisse découvrir, devenue brusquement lucide, cette anti-Lysistrata nous accusera tous dénonçant la responsabilité collective.

La petite phrase récurrente nous vient une fois de plus à l'esprit : " comment en sommes nous arrivés là ? " …

Confusion des genres ? … Jadis le bellicisme était masculin tandis que les femmes représentaient la conscience du monde ; or voilà que certaines se mettent à faire la guerre, pire - à s'enorgueillir un temps d'avoir tué !


Le personnage central et unique ( non dans tous les sens du terme, hélas ) ne réalisera que tardivement l'horreur de la situation dont nous, spectateurs sommes conscients depuis la première minute.

 

L'épreuve fut rude mais nécessaire sans doute ?...

C'était du moins l'objectif fixé par l'auteur.

Saluons donc cette prestation certes plus ardue pour la comédienne ( Pauline Bayle ) que pour nous, réalité dont les spectateurs parfaitement conscients soulignent par des applaudissements nourris.


Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

11:09 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.