Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2016

BRASSEUR ET LES ENFANTS DU PARADIS de Daniel COLAS

Alexandre-Brasseur-h.jpg

 

 

THEATRE du PETIT ST-MARTIN

 

17, Rue René Boulanger

 

75010 PARIS

 

(M° Strasbourg St-Denis)

 

loc. 01 42 08 00 32

 

http://www.petitstmartin.com/

 

Pl. 33€ - 26 ans : 10€

 

A 19h ou 21h du mardi au samedi

en alternance.

A 17h le samedi en alternance.

 

Texte et mise en scène : Daniel COLAS

 

avec Alexandre BRASSEUR

 

Brasseur-pensif.jpg

 

 


" Bon sang ne saurait mentir… " l'expression remonte paraît-il au XIVème siècle mais les ressemblances - elles - se contentent le plus souvent de sauter une génération.
Alexandre Brasseur est donc physiquement plus proche de Pierre que l'était son fils, Claude.

Certes, la silhouette n'est pas tout à fait la même mais en revanche le regard est là.
Quand l'héritier y pense surtout, car les ressemblances sont mentales avant d'être physiques or Alexandre n'avait qu'un an quand son illustre grand-père nous a quittés ; il ne saurait donc se souvenir de lui.

En revanche, il y a fort à parier qu'avant de réaliser ce spectacle, il se soit abreuvé des nombreux films que le grand comédien a tournés. Où aurait-il trouvé cette voix parfois rocailleuse, ce maintien qui rejette le buste en arrière pour mieux dominer la situation ?


Et il n'est de modèle plus prestigieux que celui-là !

 

Brasseur-peintre.jpg

( photos : Juliette BRASSEUR )



Chaque soir, du mardi au samedi sur le vaste plateau du Petit Saint-Martin, l'interprète a rendez-vous avec son ancêtre et pour mission de le faire revivre sous nos yeux.

 

Tous les cinéphiles connaissent par coeur " Les Enfants du Paradis " dont on ne saurait se lasser. Pierre Brasseur y campait le personnage de Frédéric Lemaître, autre monstre sacré.

 

J'avais en son temps, dévoré " Ma vie en vrac " et bien évidemment, le livre prêté n'est jamais revenu. Il me fait bien défaut aujourd'hui où j'aurais aimé m'y replonger mais comme Daudet le faisait dire à Frédéri : " j'ai toujours sa voix dans les oreilles " ...

 

Les personnages joués par lui prenaient une dimension exceptionnelle : Raspoutine, Buridan ( pour ne citer que ces deux là ) dès que son nom figurait à l'affiche, je me précipitais.  Ensuite je suis allée le voir et entendre dans " Cher Menteur " la salle était comble mais ayant réussi à me faufiler j'assistai à la représentation debout contre le mur du théatre, parfois sur un pied car me trouvant à l'extrémité du dernier balcon je devais me pencher pour bien le voir et n'aurais certes pas donné ma place pour un empire !

Certains acteurs ont ce pouvoir là et les jeunes générations ne peuvent imaginer l'impact qu'avait cet artiste.

Alexandre Brasseur évoque pour nous la période d'occupation allemande durant laquelle vivre de son art était encore plus difficile que d'habitude. Prévert et Carné ont dû affronter les pires difficultés pour mener à bien leur entreprise. Arletty est évoquée bien sûr, Jean-Louis Barrault n'est pas oublié, lui et son personnage de Debureau car Barrault avant d'être metteur en scène était un grand mime.

Toute une époque renaîtra pour les privilégiés qui iront voir cette pièce et applaudir l'interprète à qui nous souhaitons carrière aussi prestigieuse que celle ici évoquée.



Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

10:27 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.