Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2016

La Louve, comédie de Daniel Colas

Louis-Marie.jpg

 

 

 

THEATRE LA BRUYERE

 

5, rue La Bruyère

 

75009 PARIS

 

 

 

(M° St-Georges)

 

loc. 01 48 74 76 99

 

 

index.php

 

Pl. 22 à 38€

 

- de 26 ans : 10€

 

 

Texte et mise en scène : Daniel COLAS

 

 

avec : Béatrice AGENIN (La Louve) - Gaël GIRAUDEAU (François 1er) - Coralie AUDRET (La Reine Marie) - Maud BAECKER (La Reine Claude) - Yvan GAROUEL (Le Bègue) - Adrien MELIN (Suffolk) - Patrick RAYNAL (Le Roi Louis XII)

 

 

François-Le-Begue.jpg

 


La Louve, entendez par là : Louise de Savoie, mère de celui qui allait devenir François 1er, - vous savez … le héros du Camp du Drap d'Or ? - mais nous n'en sommes pas encore là. ( Les louves ont la réputation de devenir féroces lorsqu'il s'agit de défendre leurs petits, à fortiori, si celui-ci doit devenir chef de meute.)

1515 : Marignan, la date la plus facile à retenir de toute l'Histoire de France; même les cancres y parvenaient jadis. Auparavant, en ce 1er Janvier de la même année, François de Valois, comte d'Angoulême devait devenir François 1er et la veuve de Charles d'Orléans intrigue en ce sens depuis longtemps. Elle défend son louveteau " bec et ongles " dans la perspective qu'il devienne " un nouveau César."

Béatrice Agenin met toute son énergie à faire revivre cette nouvelle Agrippine plus honorable que la précédente mais non moins motivée.

Charmant, ( le nez certes, un peu court par rapport au modèle ) complètement folâtre,  effectuant des moulinets avec les mains, volontiers truculent, le tourbillonnant Gaël Giraudeau campe ce roi en herbe.

Avec ce monarque aux goûts fastueux, hanté par l'Art italien, le pays quittera le sombre Moyen Age pour accéder à une nouvelle ère, celle de la Renaissance.

Quand la pièce commence, Louis XII vit ses derniers instants. Usé par les guerres, épuisé par ses vaines tentatives à donner un héritier au trône, celui que les Etats Généraux ont salué en 1506 par le titre de " Père du Peuple " s'éteint.

Patrick Raynal confère toute la dimension à ce personnage que l'ingratitude historique oublie trop souvent. Sa jeune épouse, Marie est soeur d'Henri VIII et l'on ne sait que trop la convoitise que La France déclenchait outre-Manche.

Marie feindra un temps d'être enceinte espérant que son amant Suffolk palliera les carences de l'époux mais le subterfuge ne tardera pas à être découvert.

Car celle qui veille au grain, l'incontournable Louise de Savoie a des espions. Un, en particulier, ce bègue amoureux d'elle

( irrésistible Ivan Garouel ! ) qu'elle s'emploie à manoeuvrer, ce qui lui permettra de déjouer le plan mis en place pour l'orienter au profit de son fils.

Faut-il rappeler que la loi salique refusait la couronne aux femmes et non la Régence que Louise exercera à deux reprises durant les campagnes italiennes de son fils mais n'anticipons pas.

François est marié à la claudiquante Claude ( fille de Louis XII et d'Anne de Bretagne ) et se doit pour asseoir son pouvoir de lui faire des enfants ( mâles de préférence ).
Or l'homme est volage et il faudra toute l'insistance de sa mère pour qu'il accomplisse son royal devoir conjugal aussi souvent que possible.

 

La-Louve-groupe.jpg

( photos : LOT )

 



Daniel Colas nous narre avec brio cette époque-épique ( ô combien ! ) au cours de laquelle la classe privilégiée alors au pouvoir occupait joyeusement son temps, passant allègrement de la chasse au desduit se gardant d'oublier la guerre et ses promesses de récompenses ...

Brantôme - peu lu à notre époque - a fourni les anecdotes figurant à cette foisonnante " Vie des dames galantes " inspirant l'auteur de cette pièce. Joyeuse comédie, quasi farce mais l' Histoire n'en est-elle pas une par définition ?

Les costumes bien que sombres sont assez beaux, le décor est d'une élégante sobriété et la mise en scène efficace. Que demander de plus ? …



Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

11:46 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.