Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2016

T'es pas né de et par Philippe Maymat

aff.t'es-pas-né.jpg

 

 

Théâtre de Belle Ville

 

94, rue du Fbg du Temple

 

75011 PARIS

 

 

(M° Belleville ou Goncourt)

 

loc. 01 48 06 72 34

 

http://www.theatredebelleville.com/

 

Pl. de 10 à 25€

 

A 19h15 du mercredi au samedi

à 17h le dimanche

à 21h15 le mardi

 

jusqu'au : 1er JUILLET 2016

 

 

HISTOIRE DE FRANGINS

 

Texte et interprétation : Philippe Maymat

 

Mise en scène : Laurent Fraunié

 

 

 

 

Un grand frère dominateur qui s'acharne à lui casser le moral …

 Il n'est pas rare que nous inventions des ancêtres prestigieux et Philippe alors âgé de 7 ans est persuadé d'être le petit fils d'Andersen. ( encore un qui a répondu à l'appel des sirènes ) Quand un sceptique lui demande où se situe Copenhague, il répond presque sans hésiter : " à côté de Fontainebleau " ...

Beaucoup d'enfants à notre époque restent des heures durant scotchés à l'écran de télévision. Contre cela, un seul antidote, - le sport et rien de tel qu'un tatami pour mettre les plus grands à terre.

Avec sa belle gueule virile et sa silhouette athlétique on peinerait presque à imaginer que Philippe Maymat fut jadis un petit garçon complexé.  Souvenons nous alors que Napoléon forgea sa personnalité à Brienne-le-Château, sous les quolibets de ceux qui le surnommaient " la paille au nez " à cause de la curieuse façon dont il prononçait son propre nom. Cet obscur élève de l'école militaire devait devenir celui qui fit trembler le monde entier. Parfois les grandes carrières sont issues d'un mauvais départ.

" T'es pas né " fut la phrase cruelle rejetant Philippe au néant. Seulement voilà, cette sentence eut sur lui l'effet d'un coup de fouet et il s'ingénia à prouver le contraire. Les souvenirs réapparaissent sur fond sonore illustrant l'époque à laquelle cette épreuve fut vécue. Nostalgie, quand tu nous tiens … pour les spectateurs, un tas d'airs oubliés refont immédiatement surface, preuve que notre subconscient lui, n'oublie jamais rien.

Durant 1h15, les années 70 se rappellent à nous mais pas seulement car c'est notre propre construction qui s'invite également.  Ce monologue est sensible, intelligent et porteur d'espoir. Le comédien dit juste avec une diction parfaite, porté par une indéniable présence scénique.

 

Aussi ne manquez pas d'aller l'entendre, ce seul en scène étant programmé au Belle Ville jusqu'au 1er Juillet et à partir du 7 juillet dans le cadre du festival Off d'Avignon - Théâtre La Luna à 19h20.



Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

17:08 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.