Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2016

VALENTINA-TCHERNOBYL, née pour l'amour d'après Svetlana Alexievitch

aff.tchernobyl.jpg

 

 

LA MANUFACTURE

DES ABBESSES

 

7, rue Véron 75018 PARIS

 

(M° Abbesses ou Blanche)

 

loc. 01 42 33 42 03

 

 

http://www.manufacturedesabbesses.com/

 

Pl. 24€ - T.R. 13€

 

Du mercredi au samedi à 19h

 

Représentation exceptionnelle : MARDI 26 AVRIL

 

jusqu'au : 14 MAI 2016

 

D'après La Supplication de Svetlana Alexievitch

 

Mise en scène : Laure Roussel

 

avec : Coralie Emilion-Languille

 

Coralie Emilion-Languille.jpg

( photo : François Languille )

 

 

Les Anciens pensaient qu'un événement tragique était le fait de la volonté des dieux … Nous savons désormais que le plus souvent, l'irresponsabilité des hommes est à l'origine des catastrophes. Quand cela arrive, deux attitudes sont alors possibles : cesser de croire à tout jamais en la Providence ou aller se réfugier dans une église pour solliciter une bien tardive protection. Bref, " oublier la vie. " Essayer du moins !

Valentina s'étonne d'être toujours là alors que l'homme qu'elle aimait, son époux a subi les conséquences de l'explosion du réacteur nucléaire de Tchernobyl en 1986 ( trente ans déjà ! ) Il mourra un an plus tard, à l'issue d'une lente agonie et d'une monstrueuse détérioration physique.

Désormais seule - à jamais - elle se souvient de leur rencontre. Elle n'avait que 16 ans alors et lui 7 années de plus. Il était grand, beau et lui plut tout de suite. Ce fut même elle qui le demanda en mariage tant il est vrai que ce sont presque toujours les femmes qui choisissent. Un fils est né de leur union et se trouve depuis dans un hôpital psychiatrique. " Où est papa, Micha ? ... " demande t'il à chacune de ses visites.

Coralie Emilion-Languille debout, seule en scène, témoigne de ce qui s'est passé. La mise en scène de Laure Roussel nous a épargné les trop fréquentes vidéos qui ici, eussent été horrifiques. Face à nous, cette femme, victime de la folie des hommes qui ont fait le mauvais choix au mépris de tous les risques, prévisibles pourtant.

Cette expérience hélas n'a pas suffi puisque Fukushima allait en 2011 répéter l'inadmissible. ( En attendant la prochaine catastrophe puisqu'il n'y a pas plus aveugle ou sourd que celui qui ne veut ni voir ni entendre.) Là, effectivement, nous sommes dans les mains des dieux mais méritons nous leur indulgence ? …

Cette course absurde à l'énergie comporte toujours tous les risques, nous le savons pourtant. Ce spectacle vient à point nommé le rappeler à nos esprits obtus. " Qui ne dit mot consent " précise un dicton populaire. Aussi le simple fait d'assister à ce spectacle ou de lire les écrits de Svetlana Alexievitch constitue une forme de résistance à ce qui nous est imposé car une " énergie propre " ne saurait être meurtrière !


Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

15:41 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.