Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2016

CIORAN / ENTRETIEN Adaptation : Antoine Caubet

aff.Cioran.jpg

 

L' ATALANTE

 

10, Place Charles Dullin

 

75018 PARIS

 

 

 

( M° Anvers )

 

loc. 01 46 06 11 90

 

 

 

http://www.theatre-latalante.com/

 

Pl. 20€ - T.R. 8 à 15€

 

D'après : " Entretien avec Léo Gillet "

 

Extrait de " Cioran, Entretiens " Gallimard 1985

 

Adaptation et mise en scène : Antoine CAUBET

 

avec : Cécile CHOLET et Christian JEHANIN

 

Cioran-seul.jpg

 

 

Cet entretien-interview se déroule dans une salle de restaurant comme cela se produit parfois. L'interlocutrice ( Cécile Cholet ) semble avoir la charge du lieu puisqu'elle jouera les hôtesses mais personnalisera également la Denise Glaser de service.  - espèce journalistique en voie de disparition - car non seulement elle connaît les textes de l'auteur qu'elle interroge mais fait également preuve d'une qualité d'écoute assez exceptionnelle.

 

feuillage.jpg

( Crédit Photos © DR )



Christian Jéhanin dont nous apprécions le talent n'a pas exactement le physique qui correspond au personnage.

( Il est facile de retrouver l'original en consultant internet )

Le comédien présente une rondeur et une bonhommie que les écrits de Cioran démentent. ( Il est vrai que ce philosophe ne recherchant pas la sérénité mais son absolu contraire n'était pas à un paradoxe près, lui dont la logique tient pourtant la route de bout en bout.)

Il nous sera ici, fait grâce de ce parler teinté d'un accent qui rabotait les mots ( rappelons que Emil Cioran était roumain ) puisque ce n'est nullement une imitation qui nous est offerte mais bien au contraire, les clés amenant à la compréhension d'un auteur dont le pessimisme en a souvent rebuté plus d'un !

Parmi les insomniaques, seuls les fêtards peuvent rester optimistes. Nous avons tous été confrontés aux idées noires apportées par la nuit et de surcroit, l'influence de Schopenhauer fut indéniable chez Cioran dont le côté solaire se résumait à Bach.

Cet occidental tourmenté fut un temps attiré par le bouddhisme dont l'influence bénéfique se résumera à lui permettre de mettre fin à son attrait pour le nazisme. Ensuite, il niera toute cohérence historique précisant : " l'Histoire a un cours mais pas de sens " Ce fut sa façon d'en sortir par le haut mais il devait payer très cher ce fol engouement. Le nationalisme a bien souvent égaré les êtres …

Ses aphorismes qu'il prétendait composer par paresse alors qu'il était si rigoureux à propos de l'utilisation du français devenu sa patrie d'élection, " on n'habite pas un pays mais une langue "  … en dépit de leur caractère lapidaire, ne sauraient faire de lui un athée pur et dur car cette recherche constante de signification constitua une forme particulière de mysticisme hargneux. " On lance un aphorisme comme on lance une gifle " disait-il.

Avant d'effectuer l'ultime saut dans l'inconnu, Emil Cioran sombrera dans l'oubli de tout, lui dont la vie fut une longue et lucide insomnie. Que cette présentation du personnage ne vous éloigne surtout pas de la perspective d'assister à ce spectacle-entretien  - adapté et mis en scène fort habilement par Antoine Caubet - à l'issue duquel l'envie risque de nous prendre de plonger ou re plonger dans les écrits de cet auteur maudit, à l'indéniable talent.



Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

09:56 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.