Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2015

On a mangé le chameau de M. Hollande ( une pièce de Berty Cadilhac)

aff.chameau.jpg

 

THEATRE DAUNOU

 

7, Rue Daunou

 

75002 PARIS

 

(M° Opéra)

 

loc. 01 42 61 69 14

 

Pl. 28 & 35€

 

 

T.R. 10€

 

http://www.theatre-daunou.com/

 

A 19h30 du mardi au samedi

 

Matinée le samedi à 17h30

 

Texte et mise en scène de Berty Cadilhac

  

avec : Louis Bernard, Pauline Cousty, Jean-Baptiste Fillon, Sean Rees, Philippe Smolikowski

 

accueil-stagiaire.png

 

 

 

Honni soit qui MALI panse … de chameau, bien sûr, ou l'histoire d'un malheureux camélidé, lequel partira en fumée comme un vulgaire paquet de cigarettes.

 

La pièce commence par une vidéo tournée à Tombouctou le 2 février 2013, document que tout le monde peut consulter sur internet.

 

Pour ses hauts-faits guerriers perpétrés depuis son bureau de l'Elysée, le président se voit remercié par le don d'un chameau qui visiblement n'apprécie pas l'honneur qui lui est fait. ( la perspective de remplacer le scooter présidentiel ou celle d'être remisé sous le ciel gris du zoo de Vincennes étant il est vrai assez peu réjouissante )

 

Complètement paniqué, l'animal blatère obstinément et se refuse à toute tentative de caresse émanant d'un Flamby aussi maladroit que peu rassuré. ( c'est qu'avec la gent animale, n'est pas Chirac qui veut ! )

 

Las, après quelques péripéties incluant une série de vaccins, la pauvre bête finira malencontreusement ses jours en tajine, dévorée par une famille touareg persuadée que l'exportation du cadeau n'était pas la solution aux problèmes de famine engendrés par la guerre.

 

 

catastrophe.png

 

Ici, à Paris, chaque semaine, le Conseil des Ministres est censé prendre connaissance et communiquer l'état de santé de l'animal retenu sur place en quarantaine avant récupération ( le ministère de la Défense se trouvant tout désigné pour gérer ce haut-fait historique ! )

 

Le spectateur va donc pénétrer dans les arcanes dudit ministère    ( Rappelons au passage que ces gens là sont payés grâce à nos impôts ) Force sera alors de constater que l'incursion fut édifiante ...

 

C'est ainsi que nous découvrirons un attaché de mission qui s'annonce avec un titre aussi ronflant que son patronyme :  Charles-Henri de Mouton-Valière, campé par un Louis Bertrand très chochotte, bassement flatteur, fasciné par le haut de gamme des chaussures arborées en un lieu où les baskets ne sont pas de mise.

 

Son supérieur hiérarchique est Monsieur Matais

( Jean-Baptiste Fillon à la ville ) qui en qualité de chef de Cabinet donne ses instructions à grand renfort d'enjambées et de mouvements de bras ce qui paraît logique quand on sait à quel point ces gens là brassent de l'air !

 

Le Ministre de la Défense est Sean Rees ressemblant plus à Julien Dray qu'à Le Drian nettement moins coincé que l'original dont les directives-courant-d'air imposeront le rythme à toute l'équipe.

 

Une jeune stagiaire ( Juliette Poutou alias Pauline Cousty ) déjà couverte de diplômes héritera du dossier chameau en sa qualité de spécialiste du Mali d'où le surnom démenti par son apparence : " l'Africaine. "

 

 

 

Philippe Smolikowski aura quant à lui la double tâche d'incarner avec brio Le Général Lambert mais sera un peu moins crédible dans le rôle du premier pingouin de France tant sa stature et sa voix correspondent peu au personnage en question.

 

Notre auteur-metteur en scène aurait peut-être dû se mettre en quête d'un sosie doublé ( pourquoi pas ?) d'un imitateur, ce qui aurait fourni un peu plus de vraisemblance à la figure présidentielle.

 

ministere-complet.png

 

Sinon, le public ravi que l'on épingle nos dirigeants en place s'esclaffe de bon gré, ce en dépit d'un sur-jeu généralisé et d'une pièce dont le contenu reste un peu mince.

 

Mais au fait, qu'est devenu Philaé, l'obligatoire labrador de l'Elysée ? ...

Sans nouvelles de l'animal il faut espérer qu'un cuisinier asiatique n'a pas réglé son sort !

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

10:15 Publié dans THEATRE | Lien permanent