Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2015

RUY BLAS ou la folie des Moutons Noirs d'après Victor Hugo

aff.ruy-blas.jpg

 

THEATRE 13 / SEINE

 

30, rue du Chevaleret

 

75013 PARIS

 

 

(M° Bibliotèque F.Mitterrand)

 

Loc. 01 45 88 62 22

 

http://www.theatre13.com/

 

Pl. 26€ - T.R. 17€

 

Jusqu'au : 13 DECEMBRE 2015

 

A 20h. du mardi au samedi

 

A 16h le dimanche

 

Adaptation et mise en scène : Axel DRHEY

 

avec,

Julien JACOB (Ruy-Blas) - Mathieu ALEXANDRE (Don Salluste) - Roland BRUIT (le roi d'Espagne) - Bertrand SAUNIER (Don César) - 

 

Camille DEMOURES (Piano) - Jonathan JOLIN (Clarinette) - Dario MANDRACCHIA (Guitare) 

 

Création musicale : Patrick BOUKOBZA

 

lareine-leroi.jpg

 

Les Moutons Noirs re visitent les classiques de façon burlesque. Iconoclastes au possible, leur humour potache s'attaque cette fois au titanesque Hugo par le biais d'un Ruy Blas pour le moins décoiffant. Au diable le héros romantique, ce Blas là apparaît d'emblée comme un être terne, taciturne et complètement introverti.

 

En revanche, son maitre Don Salluste déborde de vitalité ce qui rend sa disgrâce d'autant plus inacceptable. ( engrosser une suivante de la Reine et se voir intimer l'ordre de réparer, quel affront pour un Grand d'Espagne ! )

 

Quant à son valet comment imaginer qu'il puisse ne fut-ce que durant une courte période devenir premier ministre avec aussi peu de charisme ? Et pourtant ...

 

Le roi, peu soucieux de l'existence de son épouse et même de son royaume … préfère aller à la chasse ou bien s'adonner au rap. Et oui ! - Ne croyez surtout pas que nos pourfendeurs de conventions théâtrales s'arrêteront là car si l'on a coutume de tondre les moutons, ces derniers cisaillent allègrement l'alexandrin pour le remplacer de façon ponctuelle par des propos dignes de la population du " neuf-trois. " 

 

Le rôle de la duègne que tout le monde attend depuis Sapritch " son meilleur rôle après Jex-four " est ici interprété par un homme, ce qui rend le personnage d'autant plus irrésistible.

 

Les puristes amoureux du verbe hugolien clameront sans doute leur indignation mais rassurez vous le temps des batailles d'Hernani est révolu depuis longtemps. Par conséquent et dans le pire des cas, un sourire mi-gêné, mi-amusé accueillera les présentes facéties. Quant aux spectateurs plus décomplexés, ces derniers se pèteront la rate à tout va !

 

Le support musical est tout à fait réussi, musiciens et chanteuse jouant leur partition à ravir.

 

l'equipe.jpg

 

( photos : Editions Austreales )

 

Toutefois et comme une bonne partie de la salle était constituée de scolaires, je n'ai pu m'empêcher de souhaiter que ces derniers aillent ( quand même ) entendre le texte joué dans son intégralité et n'en déplaise à nos joyeux farceurs, de façon plus classique. Certes, ils riront moins mais auront une idée plus précise de l'oeuvre en question. En cette époque d'indigence culturelle sciemment entretenue, ce n'est peut-être pas superflu !

 

Pour faire bonne mesure, une fois rentrée à domicile, je me suis repassé la vidéo de " La Folie des Grandeurs " dont la troupe s'est largement inspirée.

Un peu de rire ( même aux dépens d'Hugo ) situé dans le climat actuel, ne pouvant qu'être bénéfique.

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

09:48 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.