Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2015

Nous qui sommes cent de Jonas Hassen Khemini

aff.ns-qui-sommes.jpg

 

THEATRE LES DECHARGEURS

 

3, rue des Déchargeurs

 

75001 PARIS

 

 

(M° Châtelet-Les Halles)

 

loc. 01 42 36 00 50

 

 

http://www.lesdechargeurs.fr/

 

 

Pl. de 10 à 26€

 

A 21h30 du mardi au samedi

 

 Durée : 1h20

 

Du 13 OCTOBRE au 7 NOVEMBRE 2015

 

Texte publié aux éditions théâtrales

 

traduction : Marianne Ségol-Samoy

 

Mise en scène : Laura Perrotte

 

 

avec :  Caroline Monnier, Laura Perrotte, Isabelle Seleskovitch

 

 

 

Ns-qui-sommes-100.jpg

( photo : Jean-François Faure )

 

 

 

 - Quand les spectateurs arrivent,

elles sont déjà toutes trois en place.

 

Même génération - coiffure identique à une frange près - même habillement ( cette fois, jupes et châles bleu étoilé ) pieds nus. Une musique de scène tout à la fois lancinante et répétitive meuble l'espace.

 

Nous accédons à leur vécu par le biais d'une chorégraphie gymnique : rappel de la veillée d'armes du chevalier ou de la concentration du kamikaze. Exercices de respiration, comptage … Heureusement pour nous, elles ne feront pas le grand saut,

( pas cette fois, du moins )

 

En dépit de leur jeunesse, elles éprouvent le besoin de faire le point, de se retourner sur leur proche passé, d'établir le bilan de leur existence, de raconter ce qu'elles ont vu, vécu ou simplement imaginé.

 

Jusqu'alors, elles se sont cherchées - sans pour autant se trouver - Ces nouvelles amazones ne savent pas exactement si les garçons les attirent ou si elles préfèrent leurs semblables ? L'enfance n'est pas loin et l'ours en peluche toujours là pour recueillir les plus secrètes confidences.

 

La mise en scène déviera en direction de la salle pas seulement à cause de la configuration des lieux mais peut-être pour mieux nous faire sentir que les préoccupations sont les mêmes de part et d'autre ? 

 

Actuellement, beaucoup se réfugient dans le monde virtuel, espérant y trouver une solution qui n'existe pas, bien sûr.

On rêve de soi tel que l'on aurait voulu être …

 

Il y a un demi-siècle, on aurait parlé de " troubles existentiels " … l'expression désormais prête à sourire. Nous peinons à comprendre le monde dans lequel nous vivons et pour échapper à cela, certains choisissent de se raconter des histoires. 

" La vie est un songe " disait Calderon ...

 

Nous autres spectateurs, nous laissons séduire par le caractère juvénile de ces trois là ! 

 

 

D'autant que c'est un peu un miroir qui nous est tendu car nous ne supportons pas plus qu'elles ce qui les dérange tant. L'humanité ( cette mal nommée ) continue à perpétrer des génocides alors que nous restons assis à déplorer.

 

Nos tentatives plus ou moins convaincues de vivre des histoires d'amour nous laissent bien souvent en carafe. Les illusions ont la vie dure … Bref, ce texte nous parle et quelque soit notre âge, nous résume fort bien mais rassurez-vous, tout est présenté de façon ludique et on passe en la compagnie de Laura Perrotte, Caroline Monnier et Isabelle Seleskovitch un excellent moment.

 

Simone Alexandre

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

10:07 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.