Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2015

Entretien avec Michel Voletti, metteur en scène d'Un, deux trois, Soleil de Christelle George

 

THEATRE RANELAGH

 

logo-ranelagh.jpg

 

 

5, Rue des Vignes 75016 PARIS

 

 

(M° La Muette)

 

Tél. 01 42 88 64 44

 

 

 

 

S.A.   Michel Voletti, comment cette aventure (car c'en est une) s'est-elle déclenchée ? ... Pour être plus précise, de qui avez vous fait la connaissance en priorité, de l'auteur(e) ou du texte ?

 

Michel Voletti.jpg

 

 

M.V.   Lors d’une soirée au théâtre, j’ai rencontré l’auteure qui m’a donné deux pièces à lire. En rentrant je les ai mises dans un tiroir et bien entendu… oubliées ! Quatre ans plus tard, en faisant du rangement, je suis tombé dessus. J’ai lu " Un Deux Trois… Soleil " et j’ai eu un coup de cœur ! De là a commencé cette belle aventure.

 

 

S.A.  Le choix des interprètes qui ne saurait se contenter d'approximations (rassurez-vous, ce n'est pas le cas) vous revient-il exclusivement ou bien l'auteur(e) y a t'elle participé ?

 

 

M.V.  Non, l’auteure m’a totalement laissé carte blanche pour mon casting qui s’est passé par auditions après annonce sur les réseaux sociaux et auprès d’amis. 

 

 

 

S.A.  Le caractère des deux filles volontaires l'une et l'autre (à leur façon) conserve malgré tout une part de mystère. Est-ce ainsi que vous l'avez voulu ?

 

 

M.V.  Il me semble que le mystère vient surtout de cette famille de taiseux qui a du mal à communiquer et des non-dits du passé. Au niveau de Claire et de Marie, chacune a son caractère - les rôles comme les comédiennes -  et je trouve qu’ils se complètent parfaitement. Claire, en partant, a eu le temps de se refaire une vie à elle, même si sa famille lui manque. Marie s’est retrouvée « maman » à un âge ou on joue encore à la poupée, en charge d’un jeune frère et d’un père rongé par la douleur. Avec le départ de sa grande sœur, elle a perdu son enfance. Le conflit entre les deux sœurs est donc fort, même si elles essaient de se retrouver.

 

 

S.A.  Parlons de celui qui apporte la touche de fantaisie, le souffle d'air frais grâce au jeune et charmant Jérémie Duvall …

 

 

M.V.  Malgré son jeune âge (21 ans), Jérémie a déjà une belle carrière au cinéma et à la télévision. Le fils à Jo avec Gérard Lanvin, Mon père est femme de ménage avec François Cluzet, Délit de fuite avec Eric Cantona et Mathilda May… Il est aussi réalisateur/scénariste et termine en ce moment son 7ème court métrage ! Il est d’un naturel déconcertant et a un charisme extraordinaire. Je suis ravi qu’il ait accepté de jouer ce rôle. Il apporte beaucoup au personnage de Julien. Il est en effet le souffle d’air frais qui était nécessaire à la pièce. 

 

 

S.A.  Votre personnage donne l'impression d'être un homme éprouvé certes mais qui garde à tout moment les pieds sur terre. L'aînée partie puis revenue n'a pas perdu un atome de l'affection paternelle. Votre stature certes fait bien plus que servir le rôle mais j'ai eu l'impression que vous symbolisiez - comment dire ? …

" one heart in the right place

 

 

M.V.  Jean est renfermé sur lui-même depuis la perte de sa femme. Il parle peu. Il a essayé de gérer ses enfants, mais il est englué dans ses souvenirs, dans le passé. S’il garde quelque peu les pieds sur terre, c’est pour Julien et Marie. Il aimerait qu’ils partent pour une vie meilleure, mais… Le retour de sa « grande » chamboule tout. Si les blessures se ré ouvrent, c’est que l’amour revient dans ses veines. Il a du mal à parler, mais ses regards et ses silences en disent long.

 

 

S.A.   J'espère que vous serez d'accord avec ma conclusion qui est la suivante,

Musiques, lumières et décors concourrent à nous faire oublier que nous sommes au théâtre créant une illusion de vraie vie, pas toujours drôle certes mais profondément humaine.

 

 

M.V.  Oui, c’est une pièce très humaine sur les conséquences d’un acte irrémédiable au sein d’une famille, sur les souvenirs, la culpabilité, les non-dits mais aussi sur le retour, le pardon et l’amour. Cet amour que le temps n’a pas réussi à éteindre et qui les réunit afin de partir vers une nouvelle vie, vers la lumière !

 

 

http://www.theatre-ranelagh.com/ 

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

 

 

09:16 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.