Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2015

Démons de Lars Norén

aff.demons.jpg

 

Théâtre de Belle Ville

 

94, rue du Fbg du Temple

 

75011 PARIS

 

 

(M° Belleville)

 

loc. 01 48 06 72 34

 

Pl. 25€ - T.R. 15€

Tarif jeunes & abonnés : 10€

 

http://www.theatredebelleville.com/

 

Le mardi à 21h15

 

du mercredi au samedi à 19h.15

 

dimanche à 20h30

 

 

jusqu'au : 22 NOVEMBRE 2015

 

 

Adaptation, conception et mise en scène : Lorraine de Sagazan

avec : Lucrèce Carmignac, Antonin Meyer Esquerré, Jeanne Favre, Benjamin Tholozan

 

Antonin-Lucrece.jpg

 

 

Ceux qui connaissent leurs classiques ne manqueront pas de faire le rapprochement avec " Qui a peur de Virginia Woolf ? " Pourtant si la pièce d'Albee confrontant deux couples ne quittait pas le domaine du huis clos, ici les deux personnages beaucoup plus jeunes que George et Martha s'écartèlent littéralement en place de Grève puisqu'ils ont invité tout l'immeuble à assister à cette mise en pièces lourde de conséquences car le lendemain, eu égard au nombre de témoins, personne ne pourra faire comme s'il ne s'était rien passé.

 

Lorraine de Sagazan nous a prévenus,

- " adaptation librement inspirée de la pièce de Lars Norén "

et pour ce faire, les personnages auront le nom des interprètes.  ( Nous n'aurons pas l'outrecuidance de leur demander si cela se passe ainsi pour eux, dans la vraie vie ! )

 

Lucrèce ( qui n'a rien d'une Borgia ) et Antonin vivent ensemble depuis 8 ans or il serait difficile d'affirmer que cela se passe bien. L'inverse est plus certain. La mère d'Antonin vient de mourir et le fils éploré apporte l'urne funéraire à domicile … 

 

Lucrèce a cassé un miroir et négligé d'en ramasser les morceaux. Première algarade mais n'importe quoi eut fait l'affaire et les reproches ( réciproques ) ne tardent pas à tomber comme à Gravelotte ! En fait, ils sont malheureux l'un et l'autre mais manifestent leur état d'âme différemment. 

 

Antonin persifle volontiers tandis que Luc ( c'est ainsi qu'il la nomme ) a plus que tendance à jouer la carte de la-femme-éternelle-victime et puis il est évident qu'elle l'aime mais n'est pas payée de retour ...

 

Puisque la cohabitation est difficile, la solution consiste à inviter les voisins à une " picole-party " Ils viendront tous - forcément - puisque c'est nous, spectateurs, qui jouerons ce rôle collectif. 

 

danse.jpg

 

Fidèle à mes principes, je vous laisse découvrir la suite ...

 

Sachez toutefois qu'à voir faire Antonin Meyer Esquerré on conçoit à quel point ce personnage est tout à la fois attachant et irritant.

 

Lucrère Carmignac nous fait part de son besoin d'amour et de son désarroi.

 

Un couple témoin et acteur se détachera du public, grâce à Jeanne Favre et Benjamin Tholozan. Miroir tendu mais absolu contraire !

 

Une pièce intéressante qui prouve ( si besoin était ) que le théâtre fait partie intégrante de la vie. 

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

10:12 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.