Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2015

Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand

aff.Cyrano.jpg

 

VINGTIEME THEATRE

 

7, rue des Plâtrières

 

75020 PARIS

 

 

( M° Ménilmontant )

 

 

loc. 01 48 65 97 90

 

 

http://www.vingtiemetheatre.com/

 

 

Pl. 25€ - TR 20€ - Etud. 13€

 

Jeudi, vendredi, samedi à 19h

 

Dimanche à 15h

 

 

jusqu'au : 26 Juillet 2015

 

 

Mise en scène : Alexis Néret

 

Collaboration artistique : Christian Bujeau

 

Musique originale : Louis de Aguiar

 

 

avec William Albors, Matthieu Berthod, Louis Bujeau,

Sophie Guglielminetti, Arthur Lang, Elsa Morizot, Alexis Néret,

Emma Santini -

 

En alternance : Amélie Robert, Harold Simon, Louis de Villers.

 

 

 

Rideau rouge et brigadier ( histoire de rappeler le bon vieux temps ) mais hélas, nous n'avons plus les moyens de produire ce théâtre dans sa forme originelle, lequel mettait beaucoup de personnages en scène; il faudra donc se contenter de huit acteurs et parfois de femmes pour jouer quelques rôles masculins, ce qui est toujours un peu scabreux. 

 

C'est ainsi que lorsque Cyrano interpelle Montfleury, le qualifiant de " gros homme  " le décalage laisse pantois mais comme disent les militaires,

 

- " A la guerre, comme à la guerre ! " 

 

D'autres consolations nous attendent et pour commencer, ce décor conçu par le metteur en scène, Alexis Néret lequel joue le rôle de Cyrano avec un nez disons … bien pensé, c'est à dire apte à justifier son encombrante présence sans pour autant le rendre ridicule.

 

Car ce fougueux gascon est également un raisonneur et un rêveur par nature que l'astre de la nuit obsède. Tout comme sa cousine du reste, la belle Roxane qui malheureusement juge les autres à leur apparence ce qui pour lui ne peut que constituer un lourd handicap.

 

Au théâtre, il n'y a pas de hasard car le choix du thème se situe dans l'air du temps, or trois Cyrano occupèrent récemment l'affiche en même temps dont un " Cyrano, le retour " ( que je n'ai pas vu ) mais qui suffit à prouver ce qui précède.

 

Certes, il y aura toujours quelques esprits chagrins pour affirmer que ce théâtre est passé de mode, personnellement, je ne le crois pas car si les comédiens sont convaincus, le message passe et le spectateur le plus inculte situera l'action sans effort dans son contexte initial.

 

De même qu'il existe toujours des amoureux de films  dits " de cape et d'épée, " ce théâtre épique conserve son public.

Parfois un comédien fera preuve de quelque inexpérience et je me garderai bien de préciser lequel car il m'a semblé avoir ici affaire à une troupe ce qui constitue tout à la fois une force et une faiblesse. Prenons donc l'entreprise en bloc et laissons nous porter.

 

Dire que le texte est beau est un euphémisme et ce qui nous est montré agréable à voir même si çà et là, existent quelques faiblesses, oublions les pour saluer l'engagement de tous ces comédiens qui se donnent sans réserve et méritent toute notre bienveillante attention.

 

 

Simone Alexandre

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

08:31 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.