Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2015

M'sieur Rimbaud de Nina Guazzini

aff.Rimb.jpg

 

A LA FOLIE THEATRE

 

6, Rue de la Folie Méricourt

 

75011 PARIS

 

 

(M° St-Ambroise)

 

 

loc. 01 43 55 14 80

 

 

http://www.folietheatre.com/

 

 

Pl. 22€ - T.R. 17€

 

A 21h30 : jeudi, vendredi, samedi

 

A 18h le dimanche

 

 

jusqu'au : 10 MAI 2015

 

 

Ecriture et mise en scène : Nina GUAZZINI

 

avec : Marion BROSSARD, Nathan METRAL, Daniel HEDERICH et Timothée BOEDA BINANT

 

 

M'sieur-Rimb-1.jpg

 

 

 

Décor aussi kitsch qu'hétéroclite pour illustrer les avatars de Nina en cet " Entre-deux " hanté par deux anges très spéciaux surnommés " La Fameuse " et " La Divine " ( pardon, Garbo ! ) tandis que Nina Guazzini ancre les racines de son écriture du côté de chez … Sartre et Cocteau.

 

Quand la pièce commence, un accident vient d'avoir lieu et Nina fait son apparition en jean et baskets face à ces deux personnages drapés en une recherche vestimentaire pour le moins ostentatoire. Devra t-elle être jugée par ces deux là ?   ( A la trappe, St-Pierre ! ) Une seule chose est certaine, on ne s'interrogera plus sur le sexe des anges …  

 

Notre univers occidental croit peu en la réincarnation et pourtant, s'il faut croire à tout prix, la théorie du karma peut sembler plus plausible qu'une autre puisque, parce qu’ainsi, les existences s'enchaînent au gré du mérite de chacun.

 

Arthur et Nina se sont croisés jadis - le premier en a fait un poème " Les réparties de Nina " tandis que cette dernière n'a pas suivi le poète aux semelles de vent pour rester auprès d'un vieux mari qui lui fournissait le confort indispensable. Elle en sera punie plus tard afin que la justice, immanente, puisse intervenir.

 

Ame errante à la recherche d'un amour perdu, la jeune femme entamera cette quête du Graal en se répétant,

 

 

 " Tu viendras, tu viendras, je t'aime ! 

    Ce sera beau

    Tu viendras, n'est-ce pas, et même … "

 

 

( ... si ce n'est en cette vie, ce sera pour la suivante ! )

 

Arthur va faire son apparition, personnage claudiquant mais éternellement beau, coiffure échevelée et regard clair.

 

 

 " Ta poitrine sur ma poitrine, 

    Mêlant nos voix, 

    Lents, nous gagnerions la ravine, 

    Puis les grands bois ! " 

 

 

 

les3homes.jpg

( photos : Yann Gouhier ) 

 

Les comédiens se donnent à fond - comme on dit - et parfois un peu trop si j'en juge par cette envolée torquemadesque de l'ange noir, mais bon ! qui peut le plus peut le moins et le spectacle après sa programmation en ce lieu doit poursuivre son envolée en Avignon. 

 

Que l'auteur (e) soit remerciée de ne pas avoir sacrifié à cette manie restrictive des étiquettes car la majorité d'entre nous associent obligatoirement Verlaine et Rimbaud sans se soucier d'autre chose.

 

 

Faut-il en conclure que sans avoir rencontré le pauvre Lélian, Arthur ne serait jamais devenu le poète que nous connaissons, cet être dont le génie hélas éphémère l'a pourtant rendu éternel ? Merci d'avoir aidé ceux qui n'ont pas la particulière habitude de s'interroger, leur permettant ainsi de se poser la question.

 

 

Si la vie est une illusion, Rimbaud est mort, vive Rimbaud ! 

 

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

09:10 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.