Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2015

Elise ou la vraie vie d'après Claire Etcherelli

Visuel-Elise.jpg

 

 

 

MANUFACTURE des ABBESSES

 

7, Rue Véron

 

75018 PARIS

 

 

(M° Abbesses ou Blanche)

 

Loc. 01 42 33 42 03

 

http://www.manufacturedesabbesses.com/

 

Pl. 24€ - T.R. 13€

 

 

le dimanche à 20h

 

lundi & mardi à 19h

 

mercredi à 21h

 

D'après le roman de Claire Etcherelli

 

Adaptation, mise en scène et jeu : Eva Castro

 

 

En cette époque où le travail n'est plus un droit mais un privilège précaire car confiscable à tout moment, ce texte constitue la piqure de rappel qui s'imposait.

Nous découvrons réfugiée dans l'entrepôt d'un supermarché une femme qui entre deux présences à la caisse, n'ayant pas le temps de rentrer chez elle comme cela arrive souvent, a voulu lire à l'abri des cartons puis vaincue par la fatigue, s'est endormie.

 

Elle va retrouver en rêve ce personnage découvert dans le livre - Elise, jeune provinciale montée à Paris pour rejoindre son frère, laquelle va se retrouver piégée par le manque d'argent et la nécessité de travailler en cette usine de construction automobile ...

 

A moins de l'avoir vécu personnellement, peu d'entre nous ont réellement conscience de ce que constituait ce travail à la chaîne, ingrat, répétitif et souvent dangereux. Une femme qui subissait cela se trouvait la plupart du temps transformée en vieillarde prématurée à seulement 40 ans.

 

Au rythme infernal, venait s'ajouter l'ambiance qui entre ouvriers n'était pas toujours amicale chacun étant persuadé que la perte toujours possible de son emploi profiterait à d'autres qui n'attendaient que cela. 

 

Le roman qui a inspiré ce monologue fut écrit en 1967, la guerre d'Algérie n'était pas loin et les travailleurs immigrés mal accueillis par la population traumatisée par les événements.

Ces harkis ou simples travailleurs sociaux ayant fui un pays appauvri étaient rejetés par tous …

Elise, elle aussi déracinée va se prendre d'affection pour Arezki, l'homme que le hasard avait placé sur son chemin. 

 

En acceptant de sortir avec lui elle sera confrontée à la désapprobation de ceux qui trouvaient son comportement méprisable au nom des valeurs nationales et racistes qui étaient les leurs.

 

La comédienne-adaptatrice trop jeune pour avoir vécu cela se révèle cependant d'une confondante sincérité. Elle souffre de cette situation sous nos yeux exactement comme si elle vivait cela réellement. Petite silhouette fragile au milieu d'une accumulation de cartons pour seule scénographie, cette histoire est devenue la sienne et devrait par conséquent être la nôtre le temps d'une représentation. 

 

Soyez nombreux à aller l'encourager - car elle le mérite bien - pardon pour le détournement de cette phrase, ô combien galvaudée mais cette fois, ce n'est pas l'expression d'une vulgaire pub ' 

 

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

14:25 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.