Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2015

Argent, dette et music-hall

aff.argent.jpg

 

LUCERNAIRE

 

53, rue Notre Dame des Champs

 

75006 PARIS

 

 

(M° N.D.des Champs)

 

 

Loc. 01 45 44 57 34

 

http://www.lucernaire.fr/

 

Tous les jours sauf dimanche & lundi à 21h30

 

matinée le dimanche à 19h

 

Théâtre Noir, Durée : 1h20

 

 

 

Création collective sur une proposition de Nigel HOLLIDGE

 

Direction musicale : Daniel GLET

 

 

avec,

 

Nigel HOLLIDGE (Andrew)

 

Antonio INTERLANDI (Agostino)

 

Armel PETITPAS (Annabelle & Le millionnaire)

 

 

au piano (en alternance) Daniel GLET ou Vincent GAILLARD (Jean Christophe)

 

 

Argent-dette-1.jpg

 

 

 

Ah ! l'argent … cette valeur fausse par excellence car fluctuante au possible, source de tous les maux, capable de transformer un imbécile en réel potentat et fait de celui qui n'en a pas un médiocre, voire un minable, aux yeux de ceux qui en ont trop.

 

Bandeau vertical Théâtrauteurs2.jpgEt pourtant, trouver un billet - un jour - par terre, par accident, peut ouvrir la porte au rêve puisque si une manne semblable venait à tomber du ciel, l'avenir en serait transformé.  " la fortune, quelques thunes … ah ! si j'avais des sous, papimm, papoum ! " Personne ne passe au travers de cette invention du Diable !

 

A de rares exceptions près, les artistes n'ont pas la réputation de rouler sur l'or ( comme on dit  ) et il arrive qu'un partenaire quémande quelque argent à son compagnon de scène. ( si ce dernier en a, bien sûr et consent à donner, serait-ce à fonds perdus ? )

 

Et oui, les temps sont durs mais heureusement nous avons la musique, laquelle comme chacun sait, adoucit les moeurs et nous fait oublier ce qui s'impose à tous.

 

On peut même se venger d'un banquier en le convertissant en marionnette. Qu'est-il donc du reste, vautré qu'il est, au pied de l'éternel Veau d'Or et puis c'est toujours mieux que de l'envoyer à la guillotine ! Fasse le Ciel que ces temps ne reviennent pas, même si certains méritent à peine la corde pour les pendre. " Ah ! ça ira, … ça ira, ça ira " mais je m'égare …

 

Revenons à nos talentueux trois A,

 

( Andrew, Agostino et Annabelle )

 

 

et à leur non moins talentueux pianiste.

 

Sans esbroufe, sans prétention aucune mais avec un réel professionnalisme, ils égrènent pour nous le répertoire des années 30 ( ne parlait on pas alors précisément de Crise ? ) aidés en cela par une savante utilisation de costumes, ombres chinoises, numéro de ventriloque, voire même de prestidigitation.

 

Les voix sont contrastées et agréables à entendre, bref nous passons là un excellent moment en leur compagnie. 

 

Actuellement nous en avons bien besoin avec tout ce qui survient un peu partout et le Lucernaire reste un ventre chaud dans lequel nous aimons nous réfugier.

 

Simone Alexandre

 

 

Argent-dette-2.jpg

 ( photos : Ingrid Jouault )

07:57 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.