Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2015

ALBERTINE SARRAZIN de et par Mona Heftre

MH-A.Sarrazin-h.jpg

 

THEATRE DE POCHE

 

75, boulevard du Montparnasse

 

75006 PARIS

 

(M° Montparnasse-Bienvenue)

 

loc. 01 45 44 50 21

 

http://www.theatredepoche-montparnasse.com/

 

Pl. 10 à 35€

 

du mardi au samedi à 21h,

 

dimanche à 15h.

 

jusqu'au : 3 MAI 2015

 

 

D'après l'oeuvre d'Albertine Sarrazin

 

Adaptation et interprétation : Mona Heftre

 

Mise en scène : Manon Savary

 

 

Mona-Heffre.jpg

 ( photos : Louis Descamps )

 

 

Menue, la crinière platine, Mona Heftre tente de ressusciter pour nous en un peu plus d'une heure celle qui passa le tiers de sa vie en prison avant de plier bagage après trois petites décennies, remplies de mots écrits ( et de maux ) mais toujours indomptable et rebelle !

 

En fond de scène, un écran sur lequel sont projetées des images en noir et blanc évoquant l'original. Albertine Sarrazin écrivait pour cesser de mentir car on s'exprime plus librement sans le regard de l'autre, des autres qu'elle trouvait constamment sur son chemin hasardeux au possible.

Cette jeune femme en manque de mère recherchait les contacts physiques pour se rassurer alors qu'elle se mettait constamment en danger. 

 

Dès 15 ans 1/2 : elle fait l'apprentissage de la maison de correction, prémisses de la prison qui deviendra son récurrent point de chute. On n'enferme pas un feu-follet et elle s'évadera à plusieurs reprises …

La seule chaîne qu'elle accepte est celle de l'écriture qui constitue son indispensable exutoire. Cette " jouisseuse cérébrale " y raconte tout, même l'inavouable. Ce qui eut quelque impact à l'époque ! Encore maintenant, les femmes se disent libérées mais le sont rarement. 

 

Elle ? … rien ne l'arrête - de son propre aveu, elle vole par plaisir, nommant cela : " avoir des yeux au bout des gants. "

En prison, elle s'est fait une petite amie, Emilienne et à elles deux, elles n'ont que 32 ans mais quand dehors un mâle passe, qui lui plaît, Albertine ne se fait pas prier pour le suivre et s'abandonner à ces plaisirs physiques qui la classent dans la catégorie des : " perverse constitutionnelle " ( dixit ) ce qui l'amuse beaucoup. 

 

En prison, elle tentera bien de se trancher les veines, mais heureusement, ce n'était pas l'heure … 

En avril 1965 Jean-Jacques Pauvert accepte d'éditer ses écrits. Le Destin lui devait cette revanche dont hélas, elle ne profitera pas longtemps.

 

Mona Heftre ponctue ce monologue-récit de parenthèses sonores et nous entendons alors sa voix chantée plus grave, plus suave que sa voix parlée, légère et percutante.

Certes, physiquement elle ne ressemble pas au modèle, il eut fallu une Annie Girardot, jeune, pour que nous y crussions jusqu'à confondre les deux mais quelle importance ? Le texte est là et grâce à son jeu alerte nous découvrons cette Albertine Sarrazin, la sienne, avec plaisir.

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

09:36 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.