Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/03/2015

Comme un cri, d'après Patrice Auvray

comme-un-cri-h.jpg

 

THEATRE LES DECHARGEURS

 

3, rue des Déchargeurs

 

75001 PARIS

 

 

(M° Châtelet-Les-Halles)

 

 

Loc. 01 42 36 00 50

 

 

 

http://www.lesdechargeurs.fr/

 

 

Pl. 26€ - T.R. 10 à 22€

 

 

A 19h.30 du mardi au samedi

 

 

jusqu'au : 21 MARS 2015

 

 

Adaptation et mise en scène : Amélie Armao et Laurent Lecrest

 

avec Jean-Christophe Leroy

 

 

comuncri-1.jpg

 

Dans sa multi programmation traditionnelle, le théâtre des Déchargeurs propose jusqu’au 21 mars à 19h30 un texte formidable de dépouillement tragique : «Comme un cri », issu du texte « Souviens-toi du Joola » de Patrice Auvray publié aux éditions Globophile.

 

Dans une impeccable adaptation intelligente d’Amélie Armao, qui met également en scène avec finesse et tact, Laurent Lecrest, sur une musique très présente, nécessaire et pourtant discrète de Jean Nicolas Mathieu, nous avons sur scène un comédien assez hors du temps, hors du monde, ailleurs et néanmoins bien présent devant nous : Jean Christian Leroy.

 

Ce seul en scène n’est ni un stand up à la mode, ni un monologue à prétention psychologico thérapeutique, mais un témoignage effaré de ce que l’auteur a vécu, de l’événement auquel il a survécu : le naufrage du ferry Joola, bateau de transport de personnes au Sénégal qui fit 2000 victimes, dissimulées.

 

Car de cette catastrophe survenue le 26 septembre 2002, qui a vraiment entendu parler ? Certes, de loin en loin, la presse évoque des naufrages de ferry, en Inde, au Japon, pour dénombrer les morts, puis on passe à autre chose. Il n’y a que les bateaux de croisière qui, naufrageant, suscitent de l’intérêt, parce que tout un chacun rêvant d’exotisme peut se sentir concerné.

 

Rien de tel avec le Joola, qui assure le transport des autochtones de la Casamance vers Dakar, c’est un bateau bus pour une longue distance, et qui est surchargé, dont les cales pleines ne sont pas stabilisées, ou rien n’est arrimé qui devrait l’être, qui gîte et coule.

 

Jean Christian Leroy rend formidablement  cette impression de désespoir et d’abandon, et son discours rejoint beaucoup celui des rescapés de l’Holocauste : pourquoi ne suis-je pas mort avec les autres ? Et puisque je suis vivant, je me dois de témoigner.

 

Ce témoignage nous saisit avec la violence froide d’un procès-verbal, factuel, sans jugement de valeur, chronométré, fouaillant au plus loin dans la mémoire pour retrouver un détail, peut être inutile, peut être essentiel.

 

Face à nous, ce rescapé est modeste, humble, hésitant, craintif parfois, héroïque par moments, toujours solidaire de ses compagnons d’infortune, révolté et indigné, soumis et fataliste néanmoins.

 

C’est là que Jean Christian Leroy est grand : il nous entraîne à sa suite dans le drame, nous en ressort et nous fait partager ses interrogations avec douceur et conviction.

 

 

a-genoux.jpg

 ( photos : Christophe Voegelé )

 

Grâce en plus à une opportune et véritablement utile bande son, d’admirables lumières de Francis Petit, cette heure vingt de monologue nous entraîne au bord de l’insoutenable. C’est formidable et de surcroît, c’est un spectacle utile.

 

© Frédéric Arnoux 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

10:43 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.