Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2014

Troyennes, texte de Kevin Keiss d'après Euripide

visuel-Troyennes.jpg

Théâtre 13 / Seine

 

30, rue du Chevaleret

 

75013 PARIS

 

 

 

(M° Bibliothèque F.Mitterrand)

 

tél. 01 45 88 62 22

 

 

Pl. 24€ - T.R. 16€

 

le 13 de chaque mois tarif unique : 13€

 

À 19h30 : mardi, jeudi, samedi

À 20h30 : mercredi, vendredi

À 15h30 le dimanche

 

jusqu'au : 14 DECEMBRE 2014

 

 

Mise en scène : Laétitia GUEDON

 

avec Blade Mc Ali M'Baye (Poséidon et Athéna) Mounya Boudiaf (Andromaque) Kevin Keiss (Coryphée) Adrien Michaux (Talthybios) Pierre Mignard (Ménélas) Marie Payen (Hécube) Valentine Vittoz (Hélène) Lou Wenzel (Cassandre)

 

 

 

 

" Au pays des aveugles, les borgnes sont rois "

 

Voilà la phrase qui m'est venue automatiquement à l'esprit face aux propos dithyrambiques lus çà et là, concernant ces " Troyennes " ( l'article défini ayant sombré corps et biens lors de la traduction ) la démarche se fixant pour but de réactualiser la millénaire tragédie euripidienne.

Rendons cependant à César ce qui lui appartient. : Kevin Keiss a effectivement effectué un travail remarquable sur le plan de la traduction adaptatrice et son interprétation du Coryphée fait davantage que tenir la route. Adrien Michaux dans le rôle de Talthybios est juste et bien distribué. Malheureusement et en règle générale, la direction d'acteurs a laissé filtrer quelques approximations. 

 

Bandeau vertical Théâtrauteurs2.jpgEn effet, l'auteur antique ne gagne rien à se voir infliger cette liaison fort heureusement éphémère avec Marilyn Monroe de même que son verbe, n'est nullement mis en valeur au gré d'une cohabitation avec ce langage inarticulé que l'on nomme beat-box. Vous l'avez compris, même en tutoyant les textes anciens  la préoccupation première est de " rester dans le vent " sinon nous sommes perdus. J'ai failli oublier la chanson " les enfants du Pirée " qui accompagnent l'entrée de Cassandre tant il est vrai que l'on a les références que l'on peut.

Certains spectateurs habitués, contaminés par l'indigence actuelle verront là un ou plusieurs traits de génie alors qu'à mes yeux - sans doute blasés - je ne constate qu’une démarche gratuite, boiteuse, et une vaine ineptie.

Toutefois, signalons que la sobre et signifiante scénographie réalisée par Soline Portmann mérite bien d'être évoquée, mieux : saluée ! 

L'espace scénique est surplombé d'une sorte d'immense suspension en acier qui joue parfaitement bien avec la lumière, symbolisant de façon évidente ces épées de Damoclès prêtes à fondre en pluie sur les personnages mythiques tandis qu'une simple palissade résumera Troie détruite par la folie des hommes et la colère des Dieux. 

Seule Hécube bénéficiera d'un semblant de costume tout symbolique ( ô combien !)  tandis que tous les autres personnages du spectacle sembleront s’être vêtus aux Puces. Une intelligente stylisation n'aurait-elle pas alors été mille fois préférable ? ...

Si contestable que soit lors du prologue, l'amalgame qui est fait des deux personnages : Poséidon / Athéna et l'utilisation anachronique (ce ne sera pas l'unique) d'un micro, la vision de cette longue traîne obscure portée magistralement par Blade Mc Ali M'Baye est - il faut bien le reconnaître - d'un fulgurant esthétisme.

Je ne vous ferai pas l'injure de résumer ici la tragédie que la plupart des spectateurs professionnels connaissent; quant aux autres je leur laisserai le soin, et la chance, de la découvrir même si elle est ici parasitée par des références bassement contemporaines puisque nous constatons cette manie de tout ramener à nos dérisoires proportions.

Pourtant, il n’aura échappé à personne que les tragédies mettent en scène des dieux ou demi-dieux ainsi que des rois dont nos modernes démocraties ont sans aucun doute perdu la perceptive quintessence. 

Ce n'est pas par hasard si les Anciens chaussaient le cothurne alors que désormais nous allons pieds nus, et au risque de me voir taxée de panthéisme théâtral, je vous abandonne à cette réflexion.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

troyennes-alain-richard.jpg

  ( photo : Alain Richard )

1021653704.jpg

10:15 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.