Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2014

Le Temps des Suricates de Marc CITTI

aff.Suricates.jpg

THÉÂTRE DES BÉLIERS PARISIENS

 

14bis, rue Sainte-Isaure

 

75018 PARIS

 

(M° Jules Joffrin)

 

Loc. 01 42 62 35 00

 

 

Pl. de 10 à 26€

 

les mercredi, jeudi et vendredi à 19h

 

 

Mise en scène : Benjamin BELLECOURT

 

avec Marc CITTI et Vincent DENIARD

 

Entretien-loge.jpg

 

Beaucoup de comédiens rêvent de jouer un jour Hamlet (le rôle titre bien sûr) mais comme pour le Royaume des Cieux, " il y a beaucoup d'appelés et peu d'élus." Alors on se retrouve comme un suricate en plein désert, épiant de tous côtés sans rien voir venir. Ce n'est pas absolument ce qui advient à nos deux comédiens car à défaut d'avoir la possibilité d'incarner le personnage principal, l'un est Horatio (quand même !) et l'autre devra il est vrai, se contenter de multiplier les apparitions dans la pièce. Ce qui crée en cette loge un climat ... un peu spécial.

 

Bandeau vertical Théâtrauteurs2.jpg- Edouard (Vincent Deniard) possède une belle stature et en dépit de l'évidence ne semble pas être satisfait de son physique. Il faut dire qu'une critique acerbe l'y a quelque peu aidé. (A ce sujet, nous ne serons jamais assez conscients des dégâts que les journalistes soi-disant spécialisés peuvent commettre.) c'est lui qui joue Horatio dans la pièce.

 

- Mathieu (Marc Citti)  est son absolu contraire : petit, nerveux et très extraverti contrairement à son compagnon de loge, il semble constamment sur la brèche. Insatisfait certes mais conservant, cultivant " la niaque " comme on dit. Il se plaint souvent mais est toujours prêt à rebondir. 

 

Que font deux comédiens quand ils attendent le moment de passer sur scène ? Ils se concentrent, quand ils le peuvent … répètent un texte qu'ils ne maîtriseront réellement que sur le plateau, lequel texte semble (le trac aidant) de plus en plus leur échapper et quand il leur reste du temps, se font des confidences plus ou moins volontaires.

 

Comme en toute situation tendue, c'est à la fois drôle voire carrément comique et un peu dramatique aussi. Par leurs moyens d'expression différents les deux comédiens se mettent en valeur l'un l'autre, nous attendrissent, nous font rire, nous émeuvent parfois. Bref, un seul reproche : c'est trop court car lorsque ça s'arrête les spectateurs n'ont vraiment pas envie de partir. Pour un peu - si c'était possible - on crierait " bis "  

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

Suricates-duel.jpg

 ( photos : Lisa Lesourd )

Théâtre des Béliers Parisiens.jpg

09:18 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.