Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2014

Gouttes d'eau sur pierres brûlantes de Rainer Werner Fassbinder

Franz-Anna-h.jpg

Théâtre de Belle Ville

94, rue du Fbg du Temple

75011 PARIS

 

(M° Belleville ou Goncourt)

 

Loc. 01 48 06 72 34

 

 

Pl. 20€ - T.R. 15€

 

- de 26 ans & abonnés : 10€

 

 

jusqu'au : 21 OCTOBRE 2014

 

DIMANCHE & LUNDI à 21h.15

le MARDI à 19h

 

 

Mise en scène : Hugo BARDIN

 

 

avec : Antonin CHALON ou Alexis GILOT (en alternance), Marie PETIOT, Emmanuel REHBINDER, Kameliya STOEVA

 

Léopold-Franz.jpg

 

 

Première pièce écrite par Rainer Werner Fassbinder alors âgé de 19 ans. 

On a coutume d'assimiler les auteurs aux personnages qu'ils créent et RWF fut sans doute et successivement, Franz puis Léopold puisque nous savons à peu près tout de sa courte vie.

 

Ce rimbaldien germanique avait n'en doutons pas, l'intention de parvenir au génie " par le dérèglement de tous les sens " mais il voulait également  réveiller un pays devenu atone suite aux épreuves traversées durant la dernière guerre. 

Ses créations seront donc autant d'électrochocs en direction d'une population qui avait décidé de ne plus rien voir ni entendre.

 

Bandeau vertical Théâtrauteurs2.jpgAvant que la pièce commence, nous découvrons le plus jeune des deux personnages masculins,  debout face au public et se rongeant les ongles avec obstination.

Une voix off s'élève alors venue du côté des spectateurs, cette intervention ayant valeur de prologue peut-être un peu trop prolongé ( ? ... ) d'autant que le public est impatient de découvrir celui qu'il entend.

 

Léopold ( Emmanuel Rehbinder ) et Franz ( hier, Alexis Gilot ) peuvent désormais se faire face. Chacun a respectivement 35 et 20 ans. Un homme expérimenté face à un post-adolescent qui continue à se chercher et a eu la malchance de trouver le premier. Car Léopold est un chasseur qui ramène sa proie dans sa tanière. Interrogation, aveux … le piège s'est refermé.

Le jeune homme essaiera bien d'évoquer et invoquer Anna, sa fiancée mais son interlocuteur aura tôt fait de lui prouver l'inanité de cette relation.

Changement de lumière, quelques mesures de danse favorisant l'effeuillage et le pas sera franchi.

 

Un certain temps s'est écoulé, Franz installé chez Léopold joue les vestales tandis que son seigneur, maître et amant parcourt les routes pour les besoins de sa profession. Il s'absente souvent durant tout une semaine et revient de fort méchante humeur. O ironie !  Il s'ensuivra ce que l'on désigne parfois sous le terme de : " querelle d'allemands " 

 

Les " ex " : Anna ( Marie Petiot ) et Véra ( Kameliya Stoeva ) ne vont pas tarder à refaire leur apparition une à une, ce qui donnera des idées à Léopold qui cherche toujours à pimenter sa vie sans égard pour les autres, bien au contraire !  … 

La mise en scène se veut alors très " hot " et Hugo Bardin ne manque pas d'imagination. (tout au long de la pièce, une plus grande maîtrise de la direction d'acteurs serait toutefois souhaitable.)  

Le caractère trivial de certaines situations ne sera pas écarté mais nous savons que chez l'auteur les choses se sont parfois déroulées de la sorte et l'inéluctable aura lieu dans un climat de cynisme effarant.

 

Ceux qui ne connaissent pas encore la pièce ou veulent la revoir ont jusqu'au 21 octobre pour cela.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com 

Vera.jpg

 ( photos : Raphaël PIRON )

2589952664.jpg

14:25 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.