Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2014

Deux hommes tout nus de Sébastien Thiéry

aff.2hommes.jpg

THÉÂTRE DE LA MADELEINE

19, Rue de Surène

75008 PARIS

 

(M° Madeleine)

 

Loc. 01 42 65 07 09

 

 

 

Pl. de 10 à 57€ selon catégorie.

 

A partir du : 16 SEPTEMBRE 2014

 

 

 

 

Du mardi au samedi à 20h.30

 

Matinée samedi à 16h,

Dimanche à 15h

 

 

Une pièce de Sébastien Thiéry

Mise en scène par Ladislas Chollat

 

avec François Berléand, Isabelle Gélinas, Sébastien Thiéry et Marie Parouty

 

 

La pièce commence par une projection habile : vue plongeante sur des immeubles haussmanniens afin que le spectateur s'imprègne du milieu social dans lequel l'action va se dérouler. Ce sera la seule explication logique que ce dernier aura à se mettre sous la dent car tout le propos qui suivra dérapera de façon délibérée dans le burlesque de situation pour ne pas dire l'abscons absolu.

 

Bandeau vertical Théâtrauteurs2.jpgPour illustrer ce vaudeville du XXI ème siècle, nous récupérons les trois personnages classiques, le mari, l'amant et l'épouse dans l'ordre d'entrée en scène mais également dans le désordre ... à savoir que rentrant au domicile conjugal la femme (Isabelle Gélinas) pourra s'exclamer,

 

" Ciel, mon mari … avec un autre homme ! " 

 

Nous spectateurs avons déjà fait connaissance avec eux en la personne d'un Sébastien Thiéry dans le plus simple appareil et de François Berléand à la recherche de sa dignité, drapé dans son drap de lit, en une posture de sénateur romain.

Le problème est que ni l'un ni l'autre ne comprennent ce qu'ils font là, puisque victimes d'une amnésie collective ... 

 

Or chacun sait que plus une situation nous échappe et plus on s'enferre à vouloir l'expliquer. C'est exactement ce qui adviendra par le biais de dialogues complètement ineptes et d'explications aussi lourdes que dingues. 

Le public assez désorienté rit plus par confusion que par adhésion au texte, lequel sombre dans le n'importe quoi au moment de la scène d'investigations téléphoniques et trouve d'un goût plus que douteux, la découverte appuyée de préservatifs usagés sur scène ...

 

Mais bon ! la fin qui n'en est pas une nous réconciliera avec l'auteur auquel nous prêterons un souhait de perception au second degré, car finalement tout cela n'était peut-être que l'évocation d'un fantasme ?

 

François Berléand est parfait dans ce rôle pourtant scabreux et ses partenaires n'ont pas à rougir de la réplique qu'ils lui donnent.

La mise en scène de Ladislas Chollat tient parfaitement la route, quant aux petits canards figurant sur l'affiche, je vous en abandonne la recherche symbolique.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

2hom11.jpg

 ( photo : LOT )

 

Théâtre de la Madeleine.jpg

 

14:34 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.