Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2014

FAUTE D'IMPRESSION de Laurence Sendrowicz

aff.faute-impress.jpg

LA MANUFACTURE DES ABBESSES

 

7, rue Véron

 

75018 PARIS

 

(M° Abbesses ou Blanche)

 

Tél. 01 42 33 42 03

 

 

Pl. 24€ - T.R. 13€

 

 

Depuis le 20 Août jusqu'au : 11 Octobre 2014

 

du mercredi au samedi à 19h.

 

Texte écrit et interprété par : Laurence Sendrowicz

 

Mise en scène et scénographie : Nafi Salah

 

 

 

Bandeau vertical Théâtrauteurs2.jpg

Combien frustrants peuvent être parfois certains métiers de l'ombre ! ... Il en va ainsi pour ceux que l'on nomme " les nègres " mais nous ne saurions oublier les traducteurs. Les premiers écrivent tandis que d'autres signent, les seconds doivent s'efforcer de ne pas tomber sous le coup de la terrible sentence : " traduttore, traditore " et personne ou presque ne fait l'effort de se souvenir de celui ou celle qui a construit la traduction.

Or, il n'est pas rare qu'un traducteur soit lui-même auteur d'ouvrages souvent méconnus les éditeurs recherchant en permanence le livre qui deviendra un best-seller.

Comment éviter qu'une victime de refus réitérés ... ( alors qu'il faut bien reconnaître qu'actuellement on édite tout et n'importe quoi ) ait envie de se mettre en avant, quitte à quelque peu sortir des rails imposés par sa fonction ?  Ne serait-ce pas rétablir ainsi le bon ordre des choses ? … 

Fany Barkowicz, cette tâcheronne tout entière consacrée à jouer les passeurs de romans policiers du célèbre Daniel G. va un jour, au fil de la traduction de ce thriller de montagne, déraper comme sur un glacier.

Du reste si l'éditeur lui demande de traduire, c'est bien parce qu'il ne peut lire lui-même le texte original. Espérons le du moins … Alors, passez muscade !

Laurence Sendrowicz à qui nous devons la traduction du théâtre d'Hanokh Levin (nous ne l'en remercierons jamais assez) connaît bien les états d'âme de ce métier.

Elle va donc dresser ce portrait de femme, traductrice scrupuleuse pendant 10 ans, épouse aimante, mère de deux enfants, laquelle va brusquement partir en vrille ... 

La mise en scène de Nafi Salah est sobre, précise et ce qui est dit est agrémenté de pauses sonores judicieusement choisies lesquelles ne ralentissent nullement le rythme bien au contraire. Seule petite réserve, à deux reprises du monologue, la comédienne boule le texte de façon délibérée puisqu'il y a répétition du procédé or quand un spectateur ne peut pleinement et entièrement savourer ce qu'il entend, c'est peut-être dommage ? Mais ne soyons pas trop rigoriste et puis si les montagnes russes s'invitent ce n'est peut-être pas complètement par hasard puisque le lieu de l'action du polar en question n'a pas été indiqué mais allez y ! 

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

faute-dimpression.jpg

292581796.jpg

09:05 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.