Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2014

Le Roi nu de Evguéni Schwartz

aff.roinu.jpg

THÉÂTRE 13 / Jardin

103A, bd Auguste Blanqui

75013 PARIS

 

(M° Glacière)

 

loc. 01 45 88 62 22

 

Pl. 24€ - T.R. 16€

(le 13 de chq mois, tarif unique : 13€)

 

mardi, jeudi et samedi à 19h.30

mercredi et vendredi à 20h.30

dimanche à 15h.30

 

Traduction d'André Markowicz (Ed. Les Solitaires Intempestifs)

 

Mise en scène : Léa Schwebel

 

avec Mansour Bel Hadj, Julien Jacob, Charly Labourier ou Régis Vallée, Olivia Lamorlette, Solen Le Marec, Amandine Marco, Violette Mauffet.

 

 

 

roi nu-1.jpg

 

Bandeau vertical Théâtrauteurs2.jpgEn découvrant l'espace scénique, on se dit qu'il y aura beaucoup de changements à vue et tout commence par une musique cristalline, très agréable.

Sept comédiens ont relevé le défi qui consiste à interpréter 48 personnages virevoltants, durant 1h.30 sans interruption.

La pièce est inspirée de 3 contes d'Andersen ( Le Porcher, La princesse au petit pois et Le Roi nu ) et a servi de prétexte à l'auteur pour dénoncer le ridicule du Pouvoir ce qui lui valu d'être à ce titre censurée par le régime stalinien, pas dupe, même si Evguéni Schwarz expliqua que celui qu'il visait était en réalité Hitler car ici toutes les dictatures sont bel et bien concernées.

Un jeune et beau porcher tombe éperdument amoureux d'une jolie princesse et - ô miracle ! - celle-ci partage immédiatement sa flamme. Seulement voilà, le roi son père a décidé de la marier avec un voisin puissant, vieux, bête et laid et nos tourtereaux resteront un temps séparé.  Heureusement l'imagination du jeune homme pourra inverser le cours du Destin.

Henri, le porcher amoureux est interprété en alternance par Charly Labourier et Régis Vallée - Je pense avoir vu ce dernier sur scène le jour où j'assistai à la représentation et puis vous affirmer que tout en lui témoigne d'un grand sens de l'esthétisme.

Julien Jacob drôlissime est (entre autre) Le Roi nu ainsi qu'une suivante (hilarante à souhait) de la jeune princesse, ce rôle étant joué par la jolie Violette Mauffet.

Olivia Lamorlette est incroyable en gouvernante allemande et fait preuve ici d'une présence scénique dévastatrice.

En règle générale, j'ai trouvé les costumes réalisés par Mélisa Léoni, très sombres et par conséquent un peu triste mais il est vrai que l'époque évoquée était au diapason.

Quant aux masques et prothèses conçus par Amélie Madeline et Oriane Poncet, disons que le duo n'a pas fait dans la dentelle ! ...

Durant tout ce temps, les comédiens s'amusent comme des fous. Les spectateurs quant à eux rient ou s'endorment (c'est selon) tant il est vrai que la perception d'un spectacle est hautement personnelle, puisque basée sur l'expérience de chacun.

Ici, il semble que Léa Schwebel ait plus précisément visé le jeune public et se souvenant sans doute que " la chair est triste " ses directives sont allées délibérément dans le sens du grotesque sachant à quel point les enfants sont attirés par les monstres qu'ils trouvent hilarants.

Cette comédie burlesque se donne jusqu'au 22 juin et constitue le spectacle idéal pour une sortie en famille.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

visuel-RN_modifié-1.jpg

 ( Photos : Pauline Miko ) 

Theatre 13.jpg

11:21 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.