Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/05/2014

Folies Vaudeville, en attendant Feydeau de Jean Marbœuf

P.Préjean.jpg

THÉÂTRE LA BRUYÈRE

5, Rue La Bruyère

75009 PARIS

 

(M° St-Georges)

 

Loc. 01 48 74 76 99

 

Pl. 19 à 38€

- 26 ans : 1O€ les mardi, mercredi,

jeudi (selon disponibilités)

 

 

A 21h. du mardi au samedi

A 15h le samedi

 

Texte et mise en scène : Jean MARBŒUF  

 

avec Pierre AUSSEDAT, Jean-François GALLOTTE, Julie MARBŒUF, Eric MARIOTTO et Patrick PREJEAN

 

 

Prejean-Aussedat.jpg

 

 

Bandeau vertical Théâtrauteurs2.jpgRetranché, masqué par la foultitude de personnages qu'il a créés, Feydeau incite peu à la curiosité le concernant puisque sa vie durant, il a mis en scène ce qu'il voyait autour de lui. Contrairement à bon nombre d'auteurs, son pôle d'intérêt ne se situe pas au niveau du nombril. Il a amplement dénoncé avec un humour dévastateur les travers de la société bourgeoise de son époque et nous en rions encore même si les mœurs évoquées ne sont plus tout à fait d'actualité.

Jean Marbœuf nous aide à mieux connaître le personnage moins désopilant que son oeuvre mais comme il fallait rester fidèle au ton général de celle-ci, les spectateurs ne seront pas désorientés même si (il faut bien le reconnaître) le spectacle a nettement tendance à partir dans plusieurs directions ... 

L'action se situe en l'An de Grâce (ou de disgrâce) 1920, et beaucoup se remettent difficilement des conséquences de la Grande Guerre. Il n'y a pas que des gueules cassées, pour certains le préjudice est plus profond et notre auteur qui souffre de troubles mentaux se repose en un lieu spécialisé où un directeur de théâtre vient le relancer et insiste pour qu'il termine une pièce inachevée.

En cet asile psychiatrique où de fantomatiques personnages se croisent nous découvrons le Président Paul Deschanel complètement au bout du rouleau suite à la chute ferroviaire dont il fut victime laquelle mit en joie tous les caricaturistes de l'époque. Échange entre ces deux personnages pour le moins largués.

Et puisque le titre de l’œuvre en commande se nomme " On va faire la cocotte " en voilà une qui fait son apparition en tenue plus que légère et le verbe haut. Nous déraperons même en direction du comique troupier si en vogue à l'époque, d'autant qu'un infirmier a bien le droit de rêver de Music Hall, après tout ! 

Certes, on peine quelque peu à retrouver le Feydeau que Patrick Préjean est censé incarner sans la plus petite ressemblance physique, en revanche Pierre Aussedat est tellement drôle dans ce personnage d'ex président de la République que l'on ne cherche même pas à évoquer l'original tant il nous satisfait tel quel. On reste béats d'admiration face aux lumières mises au point par Baptiste Magnien créant une dimension onirique tout à fait inattendue et d'un bel esthétisme. Les adeptes du vaudeville seront peut-être déconcertés mais cette pièce a le mérite de nous inciter à mieux connaître la vie personnelle de l'auteur que certains découvriront sous un jour nouveau et ne serait-ce que pour cela, allez-y !

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

Feydeau-3.jpg

( Photos LOT )

Théâtre La Bruyère.jpg

14:55 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.