Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/12/2013

Mademoiselle Frankenstein de Thierry Debroux

visuel def Melle Frankenstein marielouise.jpg

A LA FOLIE THÉÂTRE

6, rue de la Folie Méricourt

75011 PARIS


(M° Saint Ambroise)


Loc. 01 43 55 14 80



les vendredi et samedi à 21h



jusqu'au : 1er MARS 2014


 

Mise en scène : Géraldine Clément et Frédéric Gray


avec Frédéric Gray et Christelle Maldague


 

Mademoiselle Frankenstein-16_modifié-1.jpg


 

Bandeau vertical Théâtrauteurs2.jpgNous avons presque tous vu une ou plusieurs version(s) cinématographique(s) de Frankenstein, thème qui a fasciné certains et en a terrifié d'autres ...

Peu d'entre nous se sont alors demandé à qui nous devions l'apparition d'un tel personnage tout en hésitant à concéder la vedette au savant fou ou à sa créature ? Or, la naissance de ce mythe est assez incroyable.  

L'action plonge ses racines au début du 19ème siècle - en 1816 plus précisément - le poète Shelley ainsi que son épouse Mary se trouvent alors dans la villa du célèbre Byron où un violent orage retient tout le monde à domicile.

Une idée d'épreuve va alors germer dans ces cerveaux fertiles à savoir qui parmi ce petit groupe d'écrivains sera capable d'écrire au mieux et le plus rapidement possible, une nouvelle à tendance fantastique ? C'est Mary âgée seulement de 19 ans, qui gagnera cette compétition en inventant l'histoire du docteur Frankenstein et de son effroyable paternité.

Au cours des siècles, science et religion se sont souvent opposées, or le but de ce nouveau Prométhée (même s'il n'en est pas absolument conscient) est de défier le Ciel en réussissant à rendre la vie à un corps mort.

Perspective folle que la médecine n'a toutefois pas complètement abandonné, nous qui sommes désormais capables de remplacer les organes un à un avec pour but de prolonger ainsi éternellement (?) la vie.

Quinze ans après avoir été témoin de ce fol exploit littéraire, un certain Lazzaro Spallanzani  va donner rendez-vous à Mary Shelley sur les lieux même de cette expérience. 

L'action se déroule en un décor étrange, les meubles ayant été conçus par No Art, composés de métal ouvragé et ce n'est pas par hasard, ... cette matière étant comme chacun sait, conductrice d'électricité.

Les costumes portés par les deux personnages sont élégants et les conditions requises pour créer le plaisir des yeux au moment même où notre esprit sera captivé par ce qui se passe ... 

Frédéric Gray compose ici un personnage inquiétant, au regard hypnotique, à la diction étrange, tandis que Christelle Maldague alias Mary Shelley semble un peu perdue face à ce diabolique inquisiteur ... Mais les femmes ont des ressources insoupçonnées et la proie tétanisée sous le regard du vautour ne cessera de lui échapper.

Cette pièce écrite par Thierry Debroux nous plonge dans un sentiment de curiosité et d'incertitude, ce jusqu'à la fin, se révélant bien plus intelligente car plus analytique et plus complexe que ce qui nous avait été proposé jusqu'alors.

Signalons que l'auteur sera présent le 24 Janvier 2014 et pourra ainsi répondre aux questions - sans nul doute nombreuses - que les spectateurs ne manqueront pas de lui poser en fin de représentation. Pour ma part, la lecture de ces écrits se situant à 2 siècles d'intervalle va incontestablement agrémenter cette fin d'année ! 

 

Simone Alexandre


www.theatrauteurs.com

 

Mademoiselle Frankenstein-2.jpg

3094554616.jpg

14:35 Publié dans THEATRE | Lien permanent

22/12/2013

RADIO TRENET de Jacques Pessis

L.Gabriele-P.Ogouz.jpg

VINGTIÈME THÉÂTRE

7, rue des Plâtrières

75020 PARIS


(M° Ménilmontant)


Loc. 01 48 65 97 90



Pl. 25€ - Seniors : 20€,

Etud. 13€

 

Du mercredi au samedi à 21h.30

Dimanche à 17h.30

 

jusqu'au : 16 février 2014

 

Chansons de Charles TRENET


Mise en scène : Philippe OGOUZ


avec Jacques HAUROGNE, Léa GABRIELE, Philippe OGOUZ


au piano et arrangements : Roger POULY

 

Pessis-Haurogné.jpg


 

Bandeau vertical Théâtrauteurs2.jpgCa, pour y avoir de la joie au Vingtième, 

" y' a d' la joie ! "

C'est même un lieu de fête, par excellence.

Vous pouvez actuellement y passer une soirée exceptionnelle en enchaînant deux spectacles hors pair : Mystère Sax et Radio Trenet.

Vous repartirez de là, avec la joie au coeur, c'est garanti ! En ces temps moroses, cela fait du bien. En parlant d'états d'âmes - précisément - le second spectacle (tout comme le premier, du reste) nous permet de comparer les époques qui - il faut bien le reconnaître - n'ont jamais été particulièrement faciles ...

Pourtant nos aînés qui eux, ont connu la guerre et même les persécutions savaient cultiver la bonne humeur. Pourquoi cette habitude salvatrice s'est elle perdue ? Il est permis de se poser la question.

Avec Radio Trenet nous assistons aux années glorieuses quoique encore un peu balbutiantes, de la TSF, celles où les artistes étaient invités en direct à " faire leur show " et où la pub, bon enfant se nommait encore " réclame " et se déclinait avec humour ...

Pour composer ce spectacle, une pétillante interprète, en la personne de Léa Gabriele fournit l'indispensable touche féminine auprès d'un trio de choc, composé de Jacques Pessis au piano

( lequel a également écrit le texte que nous entendons ) avec à ses côtés un Philippe Ogouz, étonnant dans ses moments de drôlerie. (n'oublions pas qu'il a également signé la mise en scène) et le trop rare Jacques Haurogné dans le rôle du fou chantant.

Ce dernier réussit à incarner Trenet sans passer par l'imitation pure et simple c'est à dire, en restant lui-même tout en évoquant parfaitement l'original ce qui constitue un exploit ! Mais nous savons depuis longtemps que l'homme a plus d'une corde mélodieuse à son arc. Et puis, c'est l'occasion rêvée pour réviser ce répertoire où la poésie était immanquablement au rendez-vous. 

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

TRENET-les-4.jpg

( photos : Mirco Magliocca )

Vingtième.jpg

15:20 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

16/12/2013

Entre temps, j'ai continué à vivre de Jacques Hadjaje


LUCERNAIRE

Centre National d'Art et d'Essai

53, rue Notre Dame des Champs 

75006 PARIS

Entre-temps-h.jpg

 


(M° N.D. des Champs)


Loc. 01 45 44 57 34



Pl. de 10 à 30€


A 21h.30 du mardi au samedi

A 17h. le dimanche


jusqu'au : 2 FEVRIER 2014


 

(Texte édité chez L'Harmattan)


Mise en scène de l'auteur


avec Isabelle Brochard, Anne Didon, Guillaume Lebon, Delphine Lequenne, Laurent Morteau.

 

Entre-temps-L.3.jpg

 

 

Bandeau vertical Théâtrauteurs2.jpgSpectacle fondé sur une série (9 au total) de non retrouvailles (ou de pseudo) car on ne se baigne jamais deux fois de suite dans la même eau d'un fleuve ...

Le lieu est un ancien puits de mine désaffectée et ils y ont vécu jadis, avant que ce que l'on nomme communément " la Crise " ait éparpillé tout le monde.

Les destins s'entrecroisent, on peine parfois à se reconnaître car le temps fait des ravages plus moralement que physiquement encore ...  La corde a cédé, on essaie de la renouer mais le noeud est par trop visible et peut-être pas si solide que ça ?

Deux soeurs se retrouvent mais l'accueil de celle qui est restée n'est pas très chaleureux. Deux copains peinent à se reconnaître, l'un s'est embourgeoisé, l'autre a honte face à lui, de n'être qu'un magasinier ... l'image d'une femme plane entre eux-deux. Tiens, un lapin ! ... L'ex-amoureuse restée seule s'est finalement mariée, il fallait bien un père pour élever la fille de celui qui s'était envolé. 

Quand une mère meurt, on se partage les photos ... Quand un père disparaît on en fait un héros alors que les circonstances furent plus dérisoires qu'on ne le supposait mais au final, tout cela n'est pas triste car c'est simplement la vie.

Le lieu de ces échanges sera limité à une estrade en pente sur laquelle les couples se succèdent, parenthèse entre hier et demain. Ils sont ici et maintenant, entre deux temps celui dont ils se souviennent, qui a disparu et cet avenir dont ils ignorent tout. Ne croyez surtout pas que la pièce soit triste car il n'en est rien. Ces neuf couples là sont portés par l'énergie vitale qui fait qu'ils ont continué à vivre alors que tout s'était effondré autour d'eux. Et puis, il y a cette musique qui explose entre chaque scène, créant une ambiance à la Kusturica. La vie continue à la façon de ces moteurs de véhicules qui calent parfois puis repartent en trombe pour adopter ensuite le bon rythme afin que le voyage puisse continuer.

Les comédiens s'impliquent corps et âme dans chacune de ces illustrations et on ressort du lieu en se disant que l'on a eu le privilège d'entendre un texte intelligent, où le fatalisme avait rendez-vous avec une sereine philosophie.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

Entre-temps-L1.jpg

( Photos : Pierre Dolzani )

Logo Lucernaire.jpg

15:56 Publié dans THEATRE | Lien permanent