Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2013

Anna Cappelli de Annibale Ruccelo

A.Capelli-h.jpg

ABC THÉÂTRE

14, rue de Thionville

75019 PARIS


( M° Ourcq )


Loc. 01 42 08 05 46


Pl. 10€ - T.R. 8€


prochaine représentation,

vendredi 20 DECEMBRE 2013 à 21h.


 

Mise en scène : Thierry Gaudin


avec Margherita Bertoli


 


Bandeau vertical Théâtrauteurs2.jpgAprès un prologue pour le moins inattendu qui nous fera toucher du doigt les vicissitudes du métier d'interprète, la pièce commence un peu à la façon d'une comédie de Dario Fo, nous exposant la vie de tous les jours d'une jeune italienne qui rêve du prince charmant en regardant les classiques sentimentaux à la télé.

Anna semble avoir développé un sentiment de frustration au contact de sa soeur cadette qui occupe désormais la chambre qu'elles partageaient (sans doute ?) avant le mariage de cette dernière. 

Comme il n'y avait pas assez de place pour tout le monde, l'aînée toujours célibataire, a dû alors louer une chambre chez une vieille dame-à-chats, ce qui dérange la locataire au plus haut point. C'est qu'elle a du caractère notre Anna ! 

Durant le jour, elle travaille en qualité de secrétaire dans un service de la mairie et ne manquera pas d'attirer l'attention puis de tomber amoureuse de son supérieur hiérarchique,Tonino Scarpa.

L'homme vit dans une immense maison où la donzelle ne tardera pas à s'installer. 

Seulement voilà, tandis qu'Anna cultive sans réserve sa passion dévorante, Tonino profite de la situation tout en se gardant bien de lui passer la bague au doigt et ce qui devait arriver, arrivera à savoir que l'homme rassasié lui fera part un jour de sa décision de prendre la tangente en l'abandonnant à son triste sort.

Il n'en fallait pas plus à cette ultra-possessive pour se transformer aussitôt en mante religieuse. La comédie sociale virera alors au drame pour ne pas dire à la tragédie et heureusement que ce moderne Jason n'a pas procréé, sinon la famille entière y serait passée !

Margherita Bertoli assume le grotesque horrifique de la situation avec une indéniable habileté car il n'était pas facile d'affronter un tel rôle, ce dont elle s'acquitte avec une évidente maestria.

Soyez nombreux à aller l'applaudir car elle le mérite bien. 

 

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

nvelle-Medee.jpg

Logo ABC.jpg

20:50 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.