Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2013

NADJA de André Breton

Nadja-h.jpg

AIRE FALGUIERE

55, rue de la Procession

75015 PARIS


(M° Pasteur)


Loc. 01 56 58 02 32


Pl. 20€ - T.R. 15 & 10€

 

Mardi, mercredi & vendredi à 21h.


Adaptation, mise en scène et interprétation : Bernard Havette


avec Nolwenn Tanet au piano et à l'accordéon


Musique : Véronique Roth et Nolwenn Tanet


photo spectacle Nadja2.jpg


Bandeau vertical Théâtrauteurs2.jpgAvant de rencontrer le texte, coup de foudre en direction de l'affiche qui semble d'emblée vouloir indiquer que NADJA fut le violon d'Ingres d'André Breton. 

La suite le confirmera aisément car c'est précisément l'histoire d'une rencontre-coup-de-foudre qui est ici évoquée.

Un homme, plus très jeune, marié de surcroît, croise un jour une femme qui ne ressemble à personne et qui va le subjuguer au point de chercher à la revoir, ce qui adviendra comme par hasard mais peut-être pas tout à fait, cependant.

Elle ressemble à l'oiseau qui se pose de branche en branche et dont le gazouillis le charmera.

D'où vient-elle ? ... Où va t-elle ? ... Que cherche t-elle ? 

L'homme amoureux même s'il ne veut pas l'être, s'il n'en est pas tout à fait conscient, s'éprend du mystère, tombe dans les rets de cette moderne Circé. Il se promènera tout au long des rues de Paris avec elle, l'emmènera dans les cafés, échouera même en sa compagnie aux Tuileries un soir à minuit, comparera leur pensée commune à ce jet d'eau qui s'élève dans le ciel tant la présence de cette femme le transcende.

Emporté par une forme de lyrisme, un baiser aura valeur de communion et ses dents à elle seront l'hostie souhaitée.

Cette femme possède un charme mystérieux qui fait choir les assiettes des mains du serveur en ce restaurant du quai Malaquais. Elle a besoin d'argent ? Qu'à cela ne tienne, il lui en apportera, comment pourrait-il faire autrement ? La question ne se pose même pas.

- " Que veux-tu ? ... l'argent me fuit " dira t-elle.

Il écrit, elle dessine. Le rêve se poursuit.

Nolwenn Tanet donne ici une réplique aussi intelligente qu'attentive à Bernard Havette dont la crinière neigeuse ajoute de l'éphémère à ce surréaliste duo.

" Dis-moi qui tu hantes, je te dirai qui tu es "

Ces rencontres auront lieu entre octobre 1926 et février 1927. Nadja sombrera ensuite dans la folie et deviendra dans la foulée, un mythe. Créature inspirée pour l'homme et inspiratrice pour l'écrivain. André Breton ne la reverra jamais.

Ce spectacle est une narration mais pas seulement puisque l'interprète féminine est tout à la fois, musicienne, comédienne et chanteuse, son partenaire ayant signé l'adaptation et la mise en scène. A voir et pas seulement pour le texte d'André Breton.

 

Simone Alexandre

 

www.theatrauteurs.com

photo spectacle Nadja1.jpg

Théâtre Aire Falguiere.jpg

14:11 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.