Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2013

LULU de Frank Wedekind

LULU FW.jpg

L' ÉTOILE DU NORD THÉÂTRE

16, rue Georgette Agutte

75018 PARIS


(M° Guy Môquet)


loc. 01 42 26 47 47



Pl. 16€ - T.R. 9€


Mardi, mercredi, vendredi à 20h.30

Jeudi à 19h.30

Samedi à 17h.


DU 29 OCTOBRE AU 16 NOVEMBRE 2013


 

Adaptation et mise en scène Thomas Matalou - Collectif ADM -


avec : Aurélia Arto, Pierre Banderet, Marie Favre, Sylvie Magand, Jacques Mazeran, Franck Micque, Miglen Mirtchev, Paul Tilmont.


 

Bandeau vertical Théâtrauteurs2.jpgLe spectateur surpris se fait " cueillir " dans le hall pour une excursion-prologue un peu hors de saison. Pardon de dévoiler ce détail qui casse l'effet de surprise mais eu égard au temps actuel, mieux vaut être prévenu afin de s'équiper en capuches et autres parapluies ... Une seule chose est certaine, le visiteur ne risquera pas de s'endormir au creux d'un fauteuil car il sera ballotté à diverses reprises en parfait mimétisme avec l'esprit de l'auteur qui malmenait le bourgeois. 

Thomas Matalou a signé l'adaptation mais j'ai cru comprendre que la mise en scène était collective ? ... Sans doute vaudrait-il mieux parler de mise en espace (s) d'autant que la direction d'acteurs m'a parue cruellement absente.

Certes, quelques comédiens de belle personnalité se dégageront ici ou là, à commencer par la comédienne qui interprète le personnage-titre, bien sûr.

Mais quelle gageure que ce spectacle qui, il faut bien le reconnaître, part dans tous les sens. Car ce n'est pas seulement la Boîte de Pandore mais le miroir aux alouettes qui se révèle ici. Histoire très compliquée, destin cahotique de celle qui avant de devenir une femme fatale dans toute l'acception du terme, fut une enfant perdue, victime d'un pédophile qui jouera ensuite les entremetteurs, la poussant incidemment sur le chemin du crime ... 

Cette aventure ne se raconte pas, elle se découvre au fil et à mesure, dans ses ascensions comme dans ses chutes vertigineuses. Certes, les quelques cinéphiles qui connaissent le film de Pabst s'y retrouveront plus facilement que les autres, de même que les amateurs de l’opéra d’Alban Berg, et pour ceux qui voudront mettre un peu d'ordre parmi ce maelström de péripéties scabreuses, le texte de Pierre Jean-Jouve sera d'un grand secours. 

Wedekind voulait dénoncer tous les vices de son époque mais ceux-ci n'ont-ils pas toujours existé de façon plus ou moins visible ? L'ambition, l'argent et le sexe mènent le monde depuis la nuit des temps. Ici, le crime s'invite à diverses reprises et les tabous sexuels ont fait le reste, clouant l'auteur au pilori. Ses pièces furent donc interdites en Allemagne et sans Guillaume II de Wurtenberg puis Alban Berg cette écriture ne seraient peut-être pas venue jusqu'à nous ? 

Ce spectacle étant programmé sur une courte durée, allez le découvrir sans plus tarder car en dépit des quelques réserves formulées ici, l'intérêt reste entier d'autant qu'ayant vu la pièce dès le premier soir, je pense que (pour employer la formule consacrée) les boulons ont dû être resserrés depuis.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

Wedekind.jpg

( photos : Etoile du Nord )

L'Etoile du Nord.jpg

12:14 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.