Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2013

RING de Léonore Confino


aff.Ring.jpg

THEATRE DU PETIT SAINT MARTIN

17, Rue René Boulanger

75010 PARIS


(M° Strasbourg St-Denis)


Loc. 01 42 08 00 32


www.petitsaintmartin.com


Pl. 12 à 34€


A 21h. du mardi au samedi

matinée le samedi à 16h.


 

Mise en scène : Catherine Schaub


Décors : Elodie Monet

 

Lumières : Jean-Marie Prouvèze


 

avec : Audrey Dana et Sami Bouajila


 

face-a-face.jpg


 

Bandeau vertical Théâtrauteurs2.jpgAu commencement, il n'y avait rien sauf un homme, une femme et la lumière, blanche éblouissante même et avant que le dialogue s'engage, juste un bruit d'eau, forcément puisque tout ce qui allait suivre, coulait de source ...  

Adam est là, homme unique aux pieds de l'unique femme, il l'a contemple amoureusement mais très rapidement, Eve s'ennuiera tant il est vrai que la femme fut la première contestataire à l'ordre établi !

Nous allons donc, à leur suite, dévaler le temps et le couple se nommera désormais, respectivement et réciproquement : Camille et Camille afin  de symboliser sans doute, l'égalité - toute théorique - existant entre l'homme et la femme. 

Cherchant à se prouver qu'ils sont bien à valeur égale, ils vont se provoquer, (certains diront : draguer) se séduire, s'aimer, se déchirer aussi. 

L' homme essaiera de se protéger en feignant parfois (et mal) l'indifférence, revendiquant sa sacro-sainte liberté, surtout quand il se sentira esclave ... 

Camille sera la séductrice, l'exigeante aussi parfois, bref la femme (avec un grand L et un grand F). Les divers cas de figure évoqués seront réglés comme un ballet. Ils sont du reste très esthétiques tous les deux et nous éprouverons un immense plaisir à les regarder vivre.

Heureusement, l' humour perdurera (surtout pour nous) quand le couple soudé par la venue d'un héritier, connaîtra les joies de l'insomnie grâce aux hurlements du petit monstre issu de leurs ébats.

Les deux comédiens ont l'un et l'autre une pêche incroyable ! 

Audrey Dana est très belle et son timbre de voix un peu voilé ajoute de la sensualité aux propos qu'elle tient.

Sami Bouajila à un sourire qui damnerait le Paradis et tous ses saints tandis que son jeu aux multiples facettes nous sidère d'autant plus que c'est (m'a t-on dit) sa première prestation théâtrale. Le comédien avait comme chacun sait une déjà longue expérience cinématographique ... 

La scénographie immaculée semble vouloir symboliser la pureté originelle rappelant aussi par sa sobriété qu'un couple amoureux se suffit à lui-même. 

Au milieu de toute cette merveilleuse lumière le texte fuse comme un javelot. 

Nous passons en leur compagnie une excellente soirée, vous l'avez compris !

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

rencontre-3.jpg

 

12:23 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.