Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2013

La duchesse de Langeais de Michel Tremblay

Langeais-1.jpg


THEATRE LES DECHARGEURS

3, rue des Déchargeurs

75001 PARIS


(M° Châtelet)


loc. 01 42 36 00 50


www.lesdechargeurs.fr


Pl. 24€ - T.R. 10 à 20€


A 21h.30 les 25, 26, 29, 30 & 31 OCTOBRE


5, 6, 7, 12, 13, 14, 15, 16, 22 & 23 NOVEMBRE 2013


( photo : Jean-François Mariotti )


 

Adaptation et mise en scène : Christian Bordeleau


avec Laurent Spielvogel


 

 

Maquillée, chapeautée, drapée dans un chemisier chamarré, juchée sur des souliers aux semelles compensées, La Duchesse installée à la terrasse d'un lieu de vacances se cuite allègrement à l'heure où presque tout le monde fait la sieste.

Coup de blues ... ce sont des choses qui arrivent en fin de carrière ! 

Incroyable Laurent Spielvogel qui incarne avec gouaille ce personnage de transformiste patenté lequel, alcool aidant se raconte : 40 ans de métier et tout le monde interlope de Montréal (côté cabaret) à ses pieds.

Nous aurons droit à quelques petites imitations en direct dont la plus saisissante est peut-être celle d'Edwige Feuillère (pour ceux qui l'ont connue bien sûr) la classe, quoi ! Mais Régine et Fanny Ardant ne sont pas tristes non plus sans oublier Elisabeth Taylor dans Cléopâtre ... Le reste du temps, notre homme - bien qu'il parle de lui au féminin - va résumer pour nous ce que fut sa vie faite de hauts et de bas, au gré des bonnes ou mauvaises fortunes du moment. 

Jusqu'à l'arrivée de ce petit livreur de pizza qui a fait chavirer le coeur brusquement ramolli de cette pilleuse de braguettes. Le public surpris (mais très vite habitué) par la verdeur du langage s'esclaffe tout au long du monologue. 

Il faut dire que Michel Tremblay a le sens de la formule et que s'il ne cherche nullement à dissimuler les ridicules du personnage il le rend tout autant sympathique. 

Et puis, si peu à peu, les gays grossissent le troupeau des gens mariés sans doute perdront-ils en chemin cette fantaisie particulière qui ici nous est prodiguée largement. Alors, profitons-en ! 

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com 

18:02 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.