Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2013

Un concours de circonstances de Catherine Verlaguet

a-cheval.jpg


Ciné XIII Théâtre

1, avenue Junot

75018 PARIS


(M° Abbesses ou Lamarck-Caulaincourt)


Loc.  01 42 54 15 12


www.cine13-theatre.com


Pl. 26€ - T.R. 18€

- de 26 ans : 13€


du mercredi au samedi à 21h.30

dimanche à 16h.


jusqu'au : 20 OCTOBRE 2013


 

Mise en scène : Anne Bouvier


avec Méliane Marcaggi et Alban Aumard



 

Elle est terrible, la sonnerie du téléphone quand on n'ose décrocher,

Elle est terrible, la mémoire de la femme quand elle sait qui nommer.


 

Ils sont là, plantés tous les deux face à ce téléphone mural qui n'en finit plus de retentir. A l'autre bout, on insiste et elle se résoudra finalement à décrocher. 

Durant ce temps, les spectateurs s'interrogent ...

Alors Salomon va nous expliquer ce qui se passe et surtout, surtout, ce qui s'est passé ! 

 

Lui vivait en couple et puis un jour a découvert qu'il était stérile. Sa première réaction fut de refuser d'y croire, bien sûr, mais quand sa compagne est partie, il a bien dû se rendre à l'évidence et accepter l'inacceptable.

 

Elle (Julie) déjà mère de deux enfants (des jumeaux) a un soir entendu son mari dire " je descends acheter des cigarettes " et comme elle n'a pas eu le réflexe de lui répondre : " non, tu restes là, moi, j'y vais ! " ... l'homme en question n'est jamais revenu. Le coup est classique pourtant. Mesdames, un petit conseil ayez toujours un stock de cigarettes à domicile. " Fumer tue " on sait, mais la solitude aussi peut tuer à la longue ...

 

Alors à quelque temps de là un soir, Julie a décidé de sortir, a rencontré un homme, l'a suivi, a voulu faire la fête et  s'est retrouvée enceinte, une fois de plus ! Elle reste incapable de le nommer.  

 

Cette fois, deux âmes en peine que le hasard (et surtout les petites annonces) va aider à se rencontrer. Un vrai moulin à paroles cette Julie et bien sûr, Salomon n'ose pas encore appliquer sa technique infaillible pour faire taire une femme bavarde. En outre, il n'a rien d'un play-boy. Gentil mais légèrement enveloppé (très même). N'importe, elle a l'air de bien aimer. Il l'a rassure et puis, il lui arrive aussi d'être amusant.

 

Nous allons donc assister aux péripéties de cette nouvelle histoire d'amour.

C'est charmant, drôle et si cela n'a rien de surprenant car ce genre de situation arrive dans la vraie vie, celle de tous les jours, ils sont néanmoins touchants.

 

On suit leur histoire avec un sourire attendri. Les mauvaises langues diront que le texte ne casse pas trois pattes à un canard et que la mise en scène est un peu infantile mais les deux comédiens sont charmants alors pourquoi pas ? Mieux : on a envie d'aimer ... 

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com


enthousiasme.jpg

( photos : William K )


12:49 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.