Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2013

En V'là une drôle d'affaire : Nathalie Joly chante Yvette Guilbert

N.Joly-h.jpg


LUCERNAIRE

53, rue Notre Dame des Champs

75006 PARIS


(M° N.D. des Champs ou Vavin)


Loc. 01 45 44 57 34


www.lucernaire.fr


Pl. de 10 à 30€


A 21h.30 du mardi au samedi

dimanche à 17h.


jusqu'au : 3 NOVEMBRE 2013


 

Conception et jeu : Nathalie Joly


Mise en scène : Jacques Verzier


avec Nathalie Joly

et Jean-Pierre Gesbert au piano



 

Comment Yvette Guilbert aurait-elle pu imaginer qu'en ce 21ème siècle ô combien hétéroclite,  une jeune et talentueuse interprète ferait revivre ses chansons ? 

Autant je m'élève avec force contre le " dépoussiérage "  le plus souvent aussi iconoclaste que maladroit des classiques, autant devons nous saluer ici cette initiative. 

Lu quelque part que La Guilbert avait débuté au Divan Japonais, ce qui expliquerait l'utilisation de ce costume de geisha certes, très agréable à voir mais qui malgré tout interpellait notre curiosité ... 

Je n'ai hélas pas vu le précédent spectacle qui évoquait la rencontre entre la grande chanteuse populaire et Freud intitulé, " Je ne sais quoi " mais le CD est récupérable sur place.

Il s'agit donc d'un second opus (disons épisode pour faire simple) et force est de reconnaître que dès la première représentation, à laquelle j'assistai, il fut évident que le spectacle était déjà parfaitement rôdé. Du grand professionnalisme ! 

La voix est certes plus travaillée que celle de son modèle, laquelle m'a toujours parue un peu éraillée, de cette gouaille prisée alors et qu’ Henri Jeanson qualifiait " d’oseille "  ... C'est aussi ce qui fit sa gloire en une époque où le classicisme avait plus de place qu'actuellement. Précisément, Yvette Guilbert ne serait-ce que par son féminisme déclaré avait voulu bousculer les conventions. 

Ici nous bénéficions d'un résumé de la vie et du parcours de cette artiste hors normes qui avait inventé un style consistant à inclure le langage parlé en un " rythme fondu " au coeur de ses chansons. Ce style, le " parlé-chanté " fut repris diversement  et avec des bonheurs aléatoires, Juliette Gréco en est la dernière prêtresse.

Nathalie Joly maîtrise le chant et la comédie à valeur égale et a su trouver l’accompagnement d’un pianiste d'expérience qui lui aussi est comédien, les deux interprètes se mettant l'un l'autre et réciproquement en valeur.

Je ne citerai aucun titre afin de mieux vous laisser le soin de les découvrir d'autant qu'il en est d'inédits puisqu'une rencontre providentielle a mis entre les mains de cette artiste des partitions écrites de la main même d'Yvette Guilbert, annotées par elle, remises par une spectatrice enthousiaste qui les détenait depuis longtemps. C’est là une chance dont il faut savoir profiter

Allez y, vous ne pourrez qu'être ravis par ce que vous verrez et entendrez.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com 


geisha.jpg

( Photos : Chantal Dépagne Palazon )

 

11:26 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.