Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/07/2013

fin de saison : 2012 - 2013

 

irideau-rouge.jpg

 

11:18 Publié dans Loisirs | Lien permanent

01/07/2013

FABLES d'après Jean de la Fontaine

 Delphine Beaumont photo libre de droits _modifié-1.jpg


Théâtre de Belle Ville

94, rue du Fbg. du Temple

75011 PARIS


(M° Goncourt ou Belleville)


loc. 01 48 06 72 34


www.theatredebelleville.com


Pl. 20€ - T.R. 15€

-de 26ans : 10€


Photo : Delphine Beaumont


 

Du mercredi au samedi à 19h.30

Dimanche à 17h.


Jusqu'au 28 Juillet 2013


 

Un spectacle de la Compagnie Tabola Rassa

inspiré des Fables de Jean de la Fontaine

 

Création : Jean-Baptiste Fontanarosa

Asier Saenz de Ugarte

Olivier Benoit

 

Interprétation version française,

Jean-Baptiste Fontanarosa & Olivier Benoit.



 

Certes, les adultes que nous sommes (par le verbe alléchés) risquent de se déclarer d'emblée, plus favorables aux Contes et autres Nouvelles écrites par le sieur La Fontaine que par ses Fables dont notre petite enfance fut bercée.

Et pourtant ... Jean de la Fontaine occupe sa place dans notre patrimoine culturel au même titre que Molière. (c’est si vrai que leurs tombeaux se jouxtent au Père Lachaise)

Sachez tout d'abord que si vous choisissez d'aller écouter ces Fables revisitées de façon à tout le moins enlevée, le spectacle commence pile à l'heure.

Le fait est suffisamment rare pour mériter d'être souligné et d'emblée, ça swingue sec ! 

Ne vous méprenez pas quant au mot « swing », je ne crie pas ici à l'anachronisme, puisque le contenu de ces textes est par essence éternel. Il y aura toujours en ce monde des loups pour dévorer des agneaux et des chiens dont le col est usé par le carcan qu'ils supportent par appétit de sécurité et l'assiette garantie. Le Sort nous a fait cigales ou fourmis et quand je dis le Sort, c’est un peu par facilité, par paresse, pour ne pas reconnaître que c'est toujours à nous de choisir mais que nous y consentons rarement. 

Il nous arrive parfois (par maladresse ou erreur de calcul) de tuer la poule aux oeufs d'or, car la souplesse du roseau est souvent masquée par l’apparente  et illusoire solidité du chêne. Tout cela pourrait paraître bien sentencieux nonobstant la fantaisie de nos deux compères (Jean-Baptiste Fontanarosa et Olivier Benoît) qui illustrent le propos avec une élégante légèreté et un talent certain. 

Il est vrai que les accessoires semblent tout droit sortis des poubelles non de l'Histoire mais de la société de consommation mais on oubliera vite ce détail au moment de l'apothéose finale quand les éléments se déchaînent nous laissant éberlués par ce maelström visuel que Zeus n'aurait pas renié. 

Vous l'avez compris, on passe sur place un excellent moment et puis en rentrant on se dit : " mais où donc ai-je bien pu fourrer mon livre de Fables ? " Or si on a envie de les relire après tout ce temps, vous reconnaîtrez que c'est gagné car,


A relire une fable on ne s’ennuie jamais.

 

Simone Alexandre 

www.theatrauteurs.com

12:31 Publié dans THEATRE | Lien permanent