Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2013

Fracas projet mené par Olivier Brunhes

afficheFRACAS 2 copie(1).jpg


Le Grand Parquet

Jardins d'Eole,

35, Rue d'Aubervilliers

75018 PARIS


(M° Stalingrad, Riquet)


Réserv. 01 40 05 01 50


www.legrandparquet.net


Station Vélib' et Autolib'

devant le théâtre


Pl. 15€ - T.R. 10€ -26 ans : 5€ - Rmiste : 3€


Du 18 au 23 JUIN 2013


Mardi, mercredi, jeudi, vendredi & samedi à 20h.

le dimanche à 15h.

 

par " L'improbable troupe " de l'Art Eclair.


SDF.jpg


 

En un monde où le terme : pérennité est frappé d'obsolescence avant que l'on ait eu le temps de le prononcer, cet état des lieux s'imposait indubitablement.

Nous les verrons tous, aller et venir, parcourant l'espace scénique tels des lions en cage. La cage, bien évidemment, c'est la vie dont ils vont nous fournir un témoignage personnel, un à un, par fragments. Confrontation, chutes puis ils se mettront à tourner en rond jusqu'à ce que le metteur en scène (le public a compris que c'était lui) les nomme successivement, nous permettant de les identifier, de créer un lien, une complicité avec eux. 

Le travail effectué sur le geste semble prendre le pas sur le texte mais nous découvrirons rapidement qu'il n'en est rien car les mots sonnent juste, sont percutants, vont droit au but. Tout de blanc vêtue, une femme se met à danser avec cet entrain et cette jovialité qui n'appartiennent qu'aux êtres " bien en chair." 

Plus angoissé, un personnage masculin déclare : " l'extérieur m'aspire ... " il se définit lui-même comme un " homme papillon " sans doute de cette espèce qui capte les battements d'ailes à l'autre bout du monde ? De papillon il devient cheval et s'éloigne en caracolant. " Pourquoi Dieu a t-il abdiqué ? " interroge une femme désorientée par la carence divine. Plus concret, quelqu'un ajoute " l'Autre, c'est toujours le problème " ( Sartre nous avait prévenus ! )

Témoignage sur le vif d'un SDF disant tout ce que ses semblables gardent pour eux. Et pourtant ... Le soir de Noël on peut être seul, même à deux. Une solide jeune femme est venue en cours de spectacle accompagner un petit monsieur fragile comme un fétu de paille. Ils repartiront à la fin, eux et leur valise à roulettes ...

Le temps d'un spectacle, ceux qui ont coutume de se taire se sont exprimés et surtout, surtout, nous les avons entendus. Qui donc oserait se boucher encore les oreilles une fois dehors ? C'était au risque de me répéter, un rendez-vous indispensable à l'heure actuelle.

 

Simone Alexandre 

www.theatrauteurs.com

 

la-troupe.jpg

(Photos : Tom Ménigault)


19:21 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.