Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2013

Les Mystères de Paris d'Eugène Sue

Myst.Paris-h.jpg


CARTOUCHERIE  

THEATRE de la TEMPETE

Route du Champ de Manoeuvre

75012 PARIS


(M° Château de Vincennes + navette gratuite, Cartoucherie)


Loc. 01 43 28 36 36


www.la-tempete.fr


jusqu'au 16 JUIN 2013


Pl. 18€ - T.R. 15 & 12€

le mercredi tarif unique : 12€


Du mardi au samedi à 20h

Dimanche à 16h


Durée : 2h.


 

Adaptation : Charlotte Escamez (Editions Les Cygnes)


Mise en scène : William Mesguich

 

avec,

Jacques Courtès (Monsieur Loyal, Jacques Ferrand, Le Maître d'Ecole, Squelette


Zazie Delem (Madame Loyal, La Veuve Martial, La Chouette, La Nourrice, La Fermière)


Romain Francisco (Monsieur Loyal, Morel, François Germain, Le Chourineur, Polidori, Tortillard)


Marie Frémont (Madame Loyal, Rigolette, Sarah, Cecily)


Sterenn Guirriec (Madame Loyal, Fleur de Marie, Louise)


Julie Laufenbuchler (Madame Loyal, Madame Pipelet, La Louve, Madame Séraphin, L'Ogresse)


William Mesguich (Monsieur Loyal, Rodolphe, Martial)



 

N'en doutons pas, la vision des sans abris qui investissent de plus en plus nos rues parisiennes a sans nul doute donné l'idée à William Mesguich de se pencher sur " Les Mystères de Paris ", la capitale ressemblant parfois (hélas) à un remake non souhaité de la Cour des Miracles ... 

Désormais, plus personne (ou presque) ne lit Eugène Sue, lequel au XIXème siècle eut pourtant son heure de gloire par le biais de feuilletons proposés par les quotidiens de l'époque. C'était alors la meilleure formule pour arriver au lendemain, mille fois plus jouissive que nos journaux télévisés et sans doute, les lecteurs sur le gril, trépignaient-ils en attendant  la suite ?  Plus près de nous, cette histoire a d'autant plus marqué ceux qui traversèrent les 30 glorieuses puisqu'ils étaient encore à l'abri de semblable sort.

Nous voici donc plongés dans les Bas-fonds de Paris où un aristocrate (Rodolphe, grand duc de Gérolstein, pardonnez du peu ! ) vient chaque soir s'encanailler. C'est aussi la démarche typique de l'écrivain à la recherche des réalités. N'a t-on pas coutume de dire que tout auteur se glisse dans la peau de ses personnages ?... Là, pour tous les présenter il ne faudra pas moins de plusieurs Mr Loyal déclinés tant au masculin qu'au féminin. (pas de jaloux !) 

- 7 comédiens pour 25 personnages en 25 lieux différents : la méga-gageure ...

D'évidence, le trait est forcé mais autant miser sur l'humour à une époque où il est devenu impossible de " faire pleurer Margot " Et oui, nous ne percevons plus les choses de même sorte que nos ancêtres et par ce choix, le risque de ringardise se trouve écarté. 

Certes, s'il déborde d'idées, William Mesguich n'a pas la stature d'un Frédéric Lemaître (du moins pour ce que l'on en sait) et peut-être aurait il dû abandonner le rôle de Rodolphe à quelqu'un d'autre afin de se consacrer tout entier à celui de metteur en scène ? 

Chaque interprète se voyant confier plusieurs personnages, il serait fastidieux de se pencher en détail sur chacun d'eux. Aussi, allez découvrir : Le Chourineur, Martial et le Maître d'Ecole sans oublier La Chouette, Rigolette, la Louve et Fleur de Marie (pour ne citer que ceux-là) tous hauts en couleurs comme il se doit. 

Pour ma part, je reste convaincue qu'un nouvel Eugène Sue nous fait cruellement défaut pour relater ce qui se passe à l'époque actuelle d'autant qu'une transposition au théâtre reste toujours possible. Pour l'heure, l'action se situe au 19ème siècle, par conséquent, restons-y.

 

Simone Alexandre

 

www.theatrauteurs.com 

Mystères.jpg

( photos : Palazon )


16:30 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.