Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2013

Ninon, l'enclos ou la liberté

Ninon-h.jpg


THEATRE DES MATHURINS

36, Rue des Mathurins

75008 PARIS


(M° Havre-Caumartin)


Loc. 01 42 65 90 00


www.theatredesmathurins.com


Pl. 32€

étudiants et - de 26 ans : 10€


du mardi au samedi à 19h

Relâche : dimanche et lundi.


jusqu'au : 30 JUIN 2013


 

Texte d'Hyppolyte Wouters


Mise en scène et scénographie : Cyrielle Clair


Avec : Cyrielle Clair, Pauline Macia, Sacha Petronijevic, Sylvain Clama


avec-de-Villarceaux.jpg

 

 

 

En référence au théâtre classique, le rideau rouge est tiré et par ses mouvements, ponctuera ensuite les diverses périodes évoquées sur fond de musique baroque.

Le public quant à lui, revenant à ses anciennes habitudes, jacasse en attendant. Pas très longtemps du reste car fait rarissime, la pièce démarre pratiquement à l'heure indiquée. Quand l'espace scénique se révélera à nous, ce sera tout d'abord un ravissement pour les yeux et par le biais des alexandrins les oreilles ne seront pas de reste. 

Cyrielle Clair est l'interprète idéale pour incarner cette aristocrate libérée dont la carrière fut incroyablement longue.  Nous découvrons donc son personnage dans la dernière phase de son existence, l'esprit toujours aussi vif et maîtrisant parfaitement l'art " de réparer des ans, l'irréparable outrage " puisque l'abbé Gédouin en la voyant, sera tout transporté mais elle ne lui permettra pas qu'il la récupère dans tous les sens du terme. 

Pourtant, Ninon n'a t' elle pas (nous dit-on) fêté son 77ème anniversaire d'épicurienne façon avec l'abbé de Châteauneuf ? Il est vrai qu'il lui restait encore presque 20 ans à vivre ce qui à l'époque était un exploit ! 

La dame n'ayant jamais caché son athéisme - bien au contraire - refusera jusqu'à l'idée de confession mais acceptera de se livrer aux confidences et passant de la narration à l'action,  il convient d'ouvrir ici une large parenthèse. Rideau, musique ! 

Nous retrouvons donc Anne de Lenclos dans toute sa splendeur mais partageant (à son corps défendant, ce qui est le comble !)  les faveurs de Louis de Mornay, marquis de Villarceaux (Sylvain Clama) avec Françoise d'Aubigné future Madame de Maintenon.( Pauline Macia) 

L'amie et l'amant seront découverts lors d'une étreinte qui ne laissera aucun doute sur la nature de leurs relations et le sieur de Villarceaux pris sur le fait,  battra courageusement en retraite. Mais il en fallait plus que cela pour fâcher les deux femmes bien que le souvenir de l'incident puisse difficilement être effacé.

Précisément, nous allons retrouver l'ex veuve Scarron, devenue première dame de France et le roi ne tardera pas à faire son apparition pour bénéficier des conseils avisés de cette anti-courtisane qu'est Ninon. 

Sacha Pétronijévic sera successivement le prêtre et Louis XIV qu'il campe de façon pour le moins rustique mais sans nul doute, sa stature en est seule la cause et puis le Roi ne danse plus depuis longtemps, alors ! ... 

Cette parenthèse refermée, la pièce finira comme elle a commencé et Cyrielle Clair réintégrera l'enveloppe du personnage du début mais nous, spectateurs aurons passé un excellent moment à voir cette femme superbe joyeusement vivre avec une telle liberté et peut-être même (qui sait ?) aurons nous la nostalgie de l'élégant libertinage d'antan ? 

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

les-trois.jpg

( Photos LOT )

10:16 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.