Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2013

Les Bougres - conception, Pierre Béziers -

chevauchée-h.jpg


VINGTIEME THEATRE

7, rue des Plâtrières

75020 PARIS


(M° Ménilmontant)


loc. 01 48 65 97 90


www.vingtiemetheatre.com


Pl. 25€ - T.R. 20 & 13€


 

A 19h.30 du mercredi au samedi,

A 15h. le dimanche.

 

jusqu'au : 16 JUIN 2013


 

Conception, textes modernes et mise en scène : Pierre Béziers

 

Textes anciens troubadours XIIIème siècle,

Guillem de Tudèle, Bernard Sicart de Maruéjols, Béatritz de Dia.


avec Anne Décis, Florence Hautier, Stéphane Dunan Battandier, Pierre Béziers et Nicolas Hurtevent.

Bougres-2.jpg


 

Bigre ! c'est qu'ils me posent un sacré problème, ces Bougres là ! ... Si j'émets des réserves, sans doute vont-ils (à tort) me taxer de parisianisme ? 

Pourtant force est de reconnaître que certaines troupes vivant sans doute un peu trop en autarcie, gagneraient à aller voir plus souvent ce que font les autres ... 

Oh ! certes, ils ne manquent pas de bonne volonté et ne ménagent pas leurs efforts  pour rendre les choses agréables. Seulement voilà : toute la partie qui passe par l'écran est superbement réalisée à croire qu'ils ont engagé là, le meilleur d'eux-mêmes. En revanche, côté plateau cela ressemble trop souvent à du bricolage ... Les costumes viennent tout droit du " décrochez-moi-ça " quant aux textes, leur arrangement tient un peu du fatras et mériterait d'être mieux structuré.

Ventrebleu !  l'histoire (avec un grand H) qu'ils évoquent ici, comportait un peu plus de panache. Pourtant tout ce qui est relaté est exact qu'il s'agisse des événements illustrant les méfaits des croisades et ceux de l'intégrisme religieux.  Mais, bonjour le mauvais goût avec ce seau hygiénique  rebaptisé pot de chambre (on se demande pourquoi ?) omniprésent sur scène, lequel ne saurait amuser que les amateurs de blagues scatologiques, peu nombreux, il est du moins permis de l'espérer ? Cela dit, à leur décharge faut-il préciser qu'effectivement, au Moyen Age, les chevaliers ne partaient pas en Croisade sans leur " pisse-pot " et puis cela pouvait toujours servir de munitions quand ces dernières venaient à manquer ! Blague à part, j'ai dû attendre le chant final pour saluer enfin la perfection par ces quelques minutes de bonheur absolu. 

Précisons qu'il n'y eut qu'une seule personne (qui avait sans doute de l'Histoire une vision plus exhaustive) pour gagner la sortie avant la fin, tandis que de nombreux spectateurs semblaient apprécier, si j'en juge par leurs éclats de rire. Aussi ne voudrais-je pas jouer les trouble-fête, d'autant que ce qui déplait aux uns, convient aux autres, par conséquent, allez-y, afin de forger sur place votre propre opinion.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

3bougres.jpg

 

16:49 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.