Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2013

Un compte rendu pour une Académie de Kafka

kafka-h.jpg


THEATRE des MATHURINS

36, rue des Mathurins

75008 PARIS


(M° Havre-Caumartin)


Loc. 01 42 65 90 00


www.theatredesmathurins.com


Pl. 26€ T.R. 13€


du mercredi au samedi à 21h

dimanche à 15h.30

 

jusqu'au : 25 MAI 2013


 

Adaptation et mise en scène : Jack Garfein


avec Erik Stouvenaker et Hassam Ghancy


 

Par le biais de ses écrits, Kafka a soulevé de multiples questions.  Or il en est une que tout le monde se pose ou se posera un jour : l'espèce humaine descend-elle, oui ou non, du singe ? Que nous soyons savants ou simples curieux, la polémique suivra immanquablement. D'abord parce que l'idée dérange et nous n'aimons pas spécialement être dérangés. Pourtant, le sujet reste primordial pour qui veut essayer de comprendre ...

" Pierre le Rouge " alias Erik Stouvenaker a certes, belle allure !  L'homme est grand, athlétique, le poil noir et la voix mâle. Aucun signe de dégénérescence chez lui mais qu'est-il donc arrivé à son personnage ? 

Car il y a tout juste cinq ans, celui que vous avez sous les yeux était un singe (comment est-ce possible, allez-vous dire ?) lequel fut blessé, capturé, mis en cage et transporté sur un bateau. A partir de ce moment là, tous les efforts du captif tendront à échapper à l'inéluctable, entendez, le zoo. Pour cela, il n'y avait  qu'une  solution : la métamorphose. (Kafka est nous le savons, un expert en ce domaine) -

Tant pis pour ceux qui restent persuadés que les animaux ne pensent pas et sont seulement dirigés par l'instinct car en voici la preuve contraire. Le spectateur intrigué se laisse porter par la narration, ô combien vécue par l'interprète. Même les incrédules seront conquis, emportés par une telle implication, un tel don de persuasion et s'il existe encore d'irréductibles sceptiques, ces derniers seront pour le moins amusés. Comme cette pièce inspirée d'une nouvelle écrite par le grand auteur tchèque est très courte, non pas un mais deux épilogues s'imposaient. 

Nous bénéficierons alors du face à face : Erik Stouvenaker - Hassam Ghancy, deux beaux et bons comédiens qui concluront ainsi ce moment insolite avec en prime un extrait musical de Schubert prouvant s'il était besoin, que la musique adoucit les moeurs en élevant les âmes.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

compte-rendu.jpg

( Photos : David Jacques )


14:00 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.