Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2013

Demain il fera jour de Henry de Montherlant

Montherlant.jpg


THEATRE DE L'OEUVRE

55, rue de Clichy

75009 PARIS


(M° Place de Clichy)


Réserv. 01 44 53 88 88


www.theatredeloeuvre.fr



( photo : Marcel Hartmann )


Pl. 38€ - 32€ - 17€

(10€ pour les - de 26ans)


A 21h. du mardi au samedi

A 18h le samedi

A 16h. le dimanche


 

Mise en scène : Michel Fau

assisté de Damien Lefèvre

avec : Léa Drucker, Michel Fau, Loïc Mobihan, Roman Girelli


 

JUIN 1944 l'action se déroule dans un appartement bourgeois parisien, où Georges avocat d'affaires s'oppose une fois de plus à Marie, mère de leur fils : Gillou. 

Le jeune homme a fait part récemment de son intention d'entrer dans la résistance et en toute logique, les parents ne sont pas d'accord sur ce point.

Un père distant, une mère envahissante ont sans nul doute été la cause de ce souhait, Gilles voulant échapper aux deux en s'affirmant.

Pour Marie, tout doit passer par le bonheur de son fils, 

- " Vous l'aimez en homme (s'indignera t-elle) c'est à dire médiocrement. " 

Protestation de celui qui, arguant le fait qu'il voulait être auprès d'eux afin de les protéger,  a quitté la zone libre pour revenir en un Paris occupé … 

Arrivée de celui qui est la cause de la dispute.

Attitude distante de ce dernier que la mère embrasse sans qu'il sorte de sa réserve crispée.

Le sujet brûlant est à nouveau évoqué - bien sûr - et la perspective repoussée par le père qui propose un vélo comme lot de consolation. La libération n'est pas loin et beaucoup commencent à redouter ce que l'on nommera l'épuration. 

Or, précisément, Georges reçoit des lettres de menaces lesquelles vont lui faire examiner la requête de son fils sous un autre angle ... Nombreux sont ceux qui utiliseront des témoignages favorables et pour cela, un fils résistant n'est-ce pas l'idéal ? 

Marie croit avoir fait un rêve prémonitoire et tout en s'étonnant de ce brusque revirement du père, s'indigne (une fois de plus) mais rien n'y fait : Gillou peut désormais partir avec la bénédiction paternelle lequel l'autorise à s'engager à condition qu'il soit prudent !  ... (sic)

Montherlant conjugue ici humour et cynisme tandis que les répliques acérées font mouche.

Michel FAU compose un Georges Carrion tout à la fois suffisant et veule mais cachant mal la fragilité qui est la sienne en cherchant désespérément à donner le change ...

Léa DRUCKER est une Marie Sandoval à la limite de l'hystérie, prête à tout pour protéger son fils qui on le comprend vite est ce qui lui reste, son compagnon d'avocat ne lui rendant plus visite que 2 fois par semaine.

Loïc MOBIHAN est Gilles le fils - personnalité qui se cherche et se préserve mal de ces deux monstres parentaux. 

Enfin, Roman GIRELLI est celui par qui le dénouement arrive, rôle dont il ne peut que s'acquitter sobrement.

Les spectateurs redécouvrent Montherlant par le biais de cette oeuvre certes, mineure mais qui permet toutefois de mesurer l'acuité volontiers dérangeante de son auteur.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

13:13 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.