Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2013

Chiens d'amour de Véronique Boutonnet - (création)

V.Boutonnet.jpg


Bouffon Théâtre

28, Rue de Meaux

75019 PARIS


(M° Colonel Fabien / Jaurès)


Loc. 01 42 38 35 53


www.bouffontheatre.com


Pl. 10 à 16€


A 21h. jeudi, vendredi, samedi

dimanche à 17h.


jusqu'au : 30 Mars 2013


 

Mise en scène : Richard Arselin


avec Véronique Boutonnet et David Le Roch



 

Un couple, huis-clos.

Très rapidement, nous constatons que l'homme insiste pour obtenir des confidences, mettant en cause une " histoire " précédente. Il est troublant de découvrir à quel point certaines femmes défendent ceux qui les ont fait souffrir ... Mel, (l'époux) questionne tout en jouant par intermittence du piano ménageant ainsi de brèves accalmies. Sa femme, Marianne est crispée, peu désireuse d'en dire plus. Parfois, souvent même, on choisit d'oublier ce qui dérange ...

- " Je crois que je pourrais piquer une tête dans le soleil couchant, " constate cet Icare désabusé. En les écoutant, on se demande comment incompréhension et complicité peuvent cohabiter de la sorte et pourtant ! 

Lui est médecin. Elle, enseigne la littérature et ceci explique cela sans doute car l'homme va essayer d'ouvrir puis déchiffrer ce livre hermétiquement clos au moyen d'un scalpel. Aucun sadisme de sa part, il veut comprendre, un point c'est tout, mais l'insistance de sa démarche ne le met pas à l'abri d'un certain masochisme. Il souffre et a besoin de souffrir encore plus, puisqu'il veut tout savoir. Il faudra donc obligatoirement en passer par là.

Son épouse a eu précédemment un homme dans sa vie, lequel la battait et puis cette histoire terminée, une fois mariée avec lui - Mel, ici présent - elle a disparu un soir, en compagnie d'un invité durant 3 longues heures, il y a de cela 4 ans et c'est à ce moment précis que le drame a eu lieu. Depuis, chacun de son côté, ressasse encore et encore ... 

Certains vont au théâtre pour se distraire, d'autres pour essayer d'avancer. Mieux vaut cette fois appartenir à la seconde catégorie. 

Des nouvelles de Raymond Carver ont servi de trame à cette pièce écrite par Véronique Boutonnet qui joue ici le personnage de Marianne. Autopsie d'un couple pourrait-on dire si la volonté d'espérer n'était présente. Après certains événements, les êtres se séparent ou décident de repartir ensemble pour recommencer une autre vie mais pour cela il faut avoir au préalable tout dit afin qu'aucune question ne continue à poser problème. Les deux comédiens jouent cette partition difficile avec précision et sans excès superflu. Quant à la signification du titre, je vous laisse la découvrir sur place.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

chiens-d-amour.jpg

( photos : Jimy Phenix )


16:39 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.