Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2013

Une sorte d'Alaska de Harold Pinter

Pinter-h.jpg


AKTEON Théâtre

11, rue du Général Blaise

75011 PARIS


(M° St-Ambroise)


Loc. 01 43 38 74 62


www.akteon.fr

 

vendredi et samedi à 21h.30


du 8 février au 6 avril 2013


 

Mise en scène : Ulysse di Gregorio


avec Dorothée Deblaton - Grégoire Pallardy - Marinelly Vaslon



 

C'était décidément un joyeux drille, ce Pinter ! 

A t-on pensé à établir des statistiques pour savoir combien de spectateurs se sont suicidés au sortir de ses pièces ? ... Là, je plaisante (à peine) car coincés entre Pinter au théâtre et Bergman au cinéma l'époque n'était pas particulièrement à l'optimisme alors que nous n'avions pas encore les problèmes dont nous bénéficions actuellement. Peut-être est-ce la raison pour laquelle nous pouvions nous offrir le luxe de quelques "prises de tête" ?

N'importe, il fallait beaucoup de talent pour jouer ce personnage de femme sortant brusquement du coma après 16 longues années.

Le spectateur qui bénéficie d'un esprit quelque peu critique s'étonnera de constater que ce long sommeil n'a pas laissé de séquelles apparentes. Pour tout dire, Pinter nous refait le coup de la Belle au Bois Dormant en moins joyeux, bien sûr. Très paradoxalement, le médecin qui l'a ramenée en notre monde est mille fois plus comateux qu'elle. Nous croirons en découvrir la raison un peu plus tard ...

Pièce à deux, puis trois personnages dont le rôle principal est confié à Dorothée Deblaton dont il faut saluer la prestation. Difficile de s'immerger en un tel rôle ne serait-ce que deux soirs par semaine. 

Heureusement pour elle, il existe encore des inconditionnels de cet auteur. Vous l'avez compris, je n'en suis pas. Pourquoi y suis-je allée alors ? Cela m'aura au moins permis de découvrir cette jeune comédienne car elle justifierait  à elle seule le déplacement mais je me garderai bien d'oublier ses partenaires (Grégoire Pallardy et Marinelly Vaslon)  qui jouent chacun une partition peu facile et qui méritent bien eux aussi, les applaudissements dont le public n'a pas été avare à la fin et auxquels je me suis associée sans l'ombre d'une hésitation.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

Pinter-Alaska.jpg

(photos : Cie Boos' Kapok)


 

14:55 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.