Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2013

You are not alone, d'après et avec Jermaine Jackson


affiche-2.jpg

THEATRE des VARIETES

7, boulevard Montmartre

75002 PARIS


(M° Grands Boulevards)


www.theatredesvarietes.fr


 

Les 21, 27 et 28 (annulé) Janvier 2013 à 20h.30


 

Comédie musicale de David SERERO


d'après le livre de Jermaine JACKSON


sur des chansons de GERSHWIN, Cole PORTER, RODGERS & HAMMERSTEIN ainsi que tous les succès des JACKSONS 5

 

Mise en scène : David SERERO


avec Jermaine JACKSON et David SERERO


 

" Vois-le, crois-le, fais-le " ...

Ce ne fut pas aussi simple que cela.

A l'origine du spectacle, un livre écrit par Jermaine Jackson le frère aîné du célèbre artiste trop tôt disparu, ouvrage que David Serero a un jour eu en mains, ce qui lui a donné l'idée de transposer ces évocations en " comédie musicale " (dixit) mais en est-ce réellement une ? ... Des projections de photos-souvenirs, (beaucoup de projections) des commentaires traduits simultanément en français ce qui, forcément ralentit d'autant le rythme et puis les interventions musicales attendues mais par le biais d'un play-back invalidant.

Il semble bien que Jermaine Jackson aurait souhaité autre chose mais que son producteur lui ait imposé cette formule uniquement dans un but économique.

En ce cas, pourquoi a t-il accepté ? ...

Certes, une bonne partie du public venu parfois de très loin (certains de mes voisins de fauteuil étaient suisses) sont des inconditionnels du mythique Michael Jackson. Ont ils alors réalisé que ce n'était pas lui qu'ils allaient voir ? Beaucoup étaient sans doute persuadés qu'ils pouvaient le faire revivre ... Hélas, trois fois hélas, ce n'était qu'un hommage posthume assez mal ficelé. En outre, David Serero dans une interprétation sirupeuse au possible des célèbres " Feuilles Mortes " , tenait la note pour prouver qu'il est un vrai chanteur - lui - ce, à un point tellement insupportable qu'on avait envie de lui crier " mais lâche-là, elle ne t'a rien fait ! " justifiant à lui seul, l'expression " has been " qu'il a (selon certains) utilisée à destination de celui qu'il n'avait su - ni voulu - mettre en valeur.Quel gâchis ! 

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

mano-a-mano.jpg


 

12:43 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.