Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2013

D.A.F. marquis de SADE de Pierre-Alain LELEU

sadetsamuse.jpg


CINE 13 THEATRE

1, avenue Junot

75018 PARIS


(M° Lamarck / Abbesses)

 

www.cine13-theatre.com


Loc. 01 42 54 15 12


Pl. 26€ - T.R. 18 & 13€

 

Du mercredi au samedi à 21h.30

matinée le dimanche à 17h.30


 

Texte de Pierre-Alain Leleu


Mise en scène : Nicolas Briançon


avec Dany Verissimo, Pierre-Alain Leleu, Michel Dussarat, Jacques Brunet.



 

" Moi seul (e) en être cause et mourir de plaisir " …

 

Sade paya ses obsessions sexuelles d'incarcérations successives, lesquelles mises bout-à-bout ont presque couvert 3 décennies, pour terminer ses jours à Charenton, chez les fous !  C'était payer très cher une liberté d'expression qui vue ainsi,  s'apparentait à un esclavage … 

Pierre-Alain Leleu a isolé ici la période allant du fort de Vincennes à la sinistre Bastille. Le trop célèbre prisonnier s'y plaint bien entendu qu'on l'ait privé de ses livres et comme il ne peut écrire, ne lui restent que les fantasmes.

Une femme très belle et très soumise (au moins physiquement) occupera donc son esprit. Dany Verissimo-Petit prête à ce rêve, ses formes voluptueuses. 

Certains s'étonneront peut-être, qu'un geôlier (Lassinote)  puisse oser bastonner un prisonnier - qui n'en est pas moins marquis - à une époque où l'édifice symbolisant la justice royale était encore debout ? J'avoue ne pas avoir eu le temps de vérifier si l'anecdote est réelle mais Jacques Brunet illustre parfaitement par ce geste le mépris et l'indignation que cet homme éprouvait vis-à-vis du célèbre condamné. 

Cela dit, Sade n'avait rien inventé, il eut maint prédécesseur (se souvenir de Gilles de Rais pour ne nommer que lui) or, il fut l'un des rares auteurs à oser l'écrire.  L'époque était licencieuse mais on peut cependant lui préférer Crébillon (fils) qui lui, sublimait l'érotisme et non la pornographie.

N'importe, la distribution est parfaite et l'auteur de ce texte pour le moins imagé se révèle tout à fait crédible quand il se glisse dans la peau de Donatien-Alphonse-François pour les intimes et il y en eut beaucoup ... 

La mise en scène de Nicolas Briançon se révèle puissante, s'incluant parfaitement dans le sobre décor conçu par Bastien Forestier. A voir que l'on aime Sade ou non.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

Sade-geolier.jpg

( photos : LOT )


11:50 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.