Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/12/2012

La Ballade de Mrs Blondie et de son chien Billy dans New York la nuit

et son chien.jpg


L'ATALANTE

10, Place Charles Dullin

75018 PARIS


(M° Anvers, Abbesses, Pigalle)


Loc. 01 46 06 11 90


latalante.resa@gmail.com

www.theatre-latalante.com

 

lundi, mercredi, vendredi à 20h.30

jeudi & samedi à 19h.

dimanche à 17h.

Relâche le mardi.


jusqu'au : 30 DECEMBRE 2012


 

Texte et mise en scène : Agathe Alexis

avec : Jaime Azoulay, Emmanuelle Brunschwig & Hanno Burger.


 

Certains thèmes sont faits pour bousculer le " politiquement correct " en voici la démonstration par excellence. Une femme vit seule à New-York avec son chien et l'anthropomorphisme fera le reste ... En permanence le spectateur se demandera si ce que dit le chien n'est pas en réalité ce que pense la dame laquelle clame haut et fort le contraire ? ... Bel exemple de schizophrénie allez vous dire, mais quoi de plus banal ? La pièce écrite malicieusement par Agathe Alexis commence de façon très silencieuse puisqu'en guise d'introduction nous assistons aux acrobaties musclées de Hanno Burger " (the king " pourrais-je ajouter si je ne craignais de me lancer dans des jeux de mots par trop dérisoires et faciles ...) Prestation impressionnante dont on ne trouvera l'explication qu'un peu plus tard. En effet, n'est-ce pas cette Amérique qui montre ici ses muscles et sa force évidente ? Par le biais de la fable, l'évocation des problèmes viendra ensuite. La mixité, la cohabitation, la peur de l'autre tout cela sera évoqué par ce dialogue : maîtresse-chien.

Ce texte peut s'entendre au premier degré et l'on aurait gravement tort d'y accéder de la sorte car c'est le constat de la société actuelle qui se fait jour derrière les outrances. Emmanuelle Brunschwig campe ici une Mrs Blondie gagnée par la névrose du siècle tandis que Billy le chien alias Jaime Azulay est un vieil aristo nostalgique des fastes d'une Vienne disparue depuis longtemps et qu'il n'a connue que par ouï-dire. Le souvenir d'une époque qui ne reviendra plus se heurte donc aux évidences actuelles, insupportables à certains. De quoi méditer en sortant, non ? Alors faites-vite car il n'y a plus que quelques jours pour assister à ce spectacle qui devrait en interpeller plus d'un.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

Mrs Blondie.jpg


10:54 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.