Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2012

La putain de l'Ohio d'Hanokh Levin


pere-fils.jpgCARTOUCHERIE de VINCENNES

THEATRE DE L'AQUARIUM

Route du Champ de Manoeuvre 75012 PARIS


(M° Château de Vincennes + navette gratuite Cartoucherie)


loc. 01 43 74 99 61


Pl. 20€ - T.R. 10 à 14€


jusqu'au 30 NOVEMBRE 2012


A 20h.30 du mardi au samedi

A 16h. le dimanche.


 

traduction : Laurence Sendrowicz (Ed.Théâtrales, Théâtre Choisi V, comédies crues)


mise en scène et scénographie : Laurent Gutmann

 

avec Guillaume Geoffroy, Eric Petitjean et Catherine Vinatier.

le vieux.jpg

 

 

100 shekels = le prix de la passe, en plein air, dans une arrière-cour. 

Hoyamer, le vieux mendiant qui voulait s'offrir une gâterie pour ses 70 printemps, trouve que c'est un peu raide et marchande. La pute qui est l'inverse de celle au grand coeur ne veut rien savoir : c'est 100 shekels ou rien ! La discussion va durer quelque temps ... C'est que le vieil homme a besoin de se rassurer, de se prouver qu'il n'est pas devenu une branche morte, privée de sève, il veut donc s'offrir ce dernier plaisir et finalement cédera, la pute empochera la somme car bien entendu, c'est payable d'avance. Ensuite, viendront les acrobaties debout contre un mur pour peu de résultat et le moins que l'on puisse dire c'est que la dame l'aide peu. Elle stigmatisera même ce cadavre qu'il a entre les jambes, ce qui n'arrangera rien, bien entendu.

Leur sort n'est pas plus enviable de part et d'autre. Kokotska commence à ne plus être de toute fraîcheur ce qui ne favorise guère les fantasmes quant au vieux clochard, disons qu'il faut avoir le coeur bien accroché pour se soumettre à son caprice. Constat d'échec. Le vieux voudra se faire rembourser et c'est alors que le fils arrivera, guère plus reluisant que son père en dépit des dizaines d'années en moins. Il a fallu beaucoup d'humour et un certain courage aux comédiens pour se montrer sous ce jour là ! Nouvelle discussion à l'issue de laquelle Fiston s'activera tout en déplorant la perte de cet argent qui devait logiquement lui revenir ... 

Anokh Levin s'ingénie à décrire sa vision de l'espèce humaine, peu réjouissante au demeurant. Ces êtres là sont incapables d'aimer fors le fric ! Pourtant chacun sait ce qui l'attend, la tombe à plus ou moins brève échéance et la perspective de repartir comme ils sont venus, absolument nus. Précisément, ne se contentant pas de montrer les âmes sans voiles, nous aurons droit à la vision du corps, se vautrant lamentablement dans la fange.

Pourtant ils ont tous un rêve qui les rend attendrissants, Hoyamer évoque une  putain sublime (celle de l'Ohio) qui offre ses charmes gratuitement en un lieu idyllique résumé par le " Just a dream " figurant au décor. 

En écho, Kokotska rêve de rencontrer un jour un touriste américain qui l'emmènerait avec lui et lui permettrait de se laver de toute sa vie actuelle dans une immense piscine en marbre.

Le fils, Hoyamal que l'on pensait le moins sympathique des trois face à son empressement d'hériter du pécule paternel va se révéler un gamin incompris, en quête d'un amour qu'il n'a jamais reçu.

Les pièces de cet auteur sont toujours construites un peu à la façon des poupées russes, on ne cesse de trouver autre chose derrière l'apparence, encore et encore.

Les trois comédiens jouent à fond cette partition pourtant difficile et méritent bien votre présence, vos rires et vos applaudissements. Essayez seulement de trouver quelqu'un pour garder les enfants à domicile ce soir là car ce n'est vraiment pas pour eux. Quant aux cathos coincés ... les quelques égarés n'auront qu'à sortir en se signant (du moins moralement) mais pas avant la fin ! Je n'en ai pas repéré un seul quoique il faille bien que de temps à autre, Tartuffe se justifie.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

la fille.jpg

(photos : Pierre Grosbois)

16:29 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.