Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2012

Roméo et Juliette, la version interdite.

visuel-Roméo.jpg


LE POINT VIRGULE

7, rue Ste Croix de la Bretonnerie

75004 PARIS


(M° Hôtel de Ville)


réserv. 01 42 78 67 03


les samedi & dimanche à 16h.


 

Comédie écrite et mise en scène par Hubert Benhamdine

 

les anges.jpg


avec Hubert Benhamdine ou Charles Templon (Roméo) - Julien Cigana ou Nicolas Fantoli (Maël, Tybalt, Pâris et Vif-Argent) - Nicolas Devort ou Teddy Melis (L'Ange, Samson, Capulet, Montaigue et Frère Laurent) - Delphine Hermann ou Angèle Humeau (Juliette) - Laure Sardin ou Clotilde Daniault (Merculio et Lady Capulet) - en alternance -

 

RetJ.la-mère.jpg


 

N'allez surtout pas croire ceux qui vous diront qu'ayant assisté à une représentation de cette version interdite (au fait, par qui ?) le fantôme de Shakespeare ne cesse de se retourner dans sa tombe car c'est tout simplement que chaque fois que le grand Will y repense, il se gondole.

Mais " laissons les gondoles à Venise " et retournons à Vérone où Juju (pardon, Juliette) se prend pour la Belle au Bois Dormant sous l'oeil attendri d'une paire d'anges gardiens. Pourquoi deux, allez vous dire ? Tout d'abord parce qu'elle a les moyens et qu'en outre, le second apprend le métier en compagnie du premier.

Vous qui imaginiez Juliette comme une douce jeune fille un peu timide vous penserez immédiatement que celle-ci est la soeur cadette de la Mégère apprivoisée alors que par un revirement de situation inattendu, c'est elle qui apprivoisera Pétrucchio-Roméo lequel est encore puceau et là, vous n'êtes qu'au tout début des surprises. Il en sera ainsi jusqu'à la fin ou presque car par le biais de cette parodie (disons carrément : une charge)  Hubert Benhamdine réussit le tour de force de rester fidèle à l'oeuvre.

Les comédiens jonglent avec les personnages, passant de l'un à l'autre à la vitesse grand V, s'amusent comme des fous et nous aussi. 

Personnellement, je crois que depuis la Phèdre de Pierre Dac, je n'avais autant ri. 

Les costumes sont superbes, le décor ingénieux, bravo Philippe Varache ! Et pour un peu, sachant que la pièce bénéficie d'une double distribution, j'y retournerais pour voir l'autre mais " toujours du plaisir, c'est plus du plaisir " alors, je vous passe la main.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

Roro-et-Juju.jpg


 

21:30 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.