Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2012

Regardez mais ne touchez pas de Théophile Gautier et Bernard Lopez

visuel-regardez.jpgLUCERNAIRE

Centre National d'Art et d'Essai

53, rue Notre Dame des Champs

75006 PARIS


(M° Vavin ou N.D.des Champs)


Loc. 01 45 44 57 34


www.lucernaire.fr


Pl. 30€, 25€, 15€, 10€


 

Du mardi au samedi à 21h.30

Matinée le dimanche à 15h.


 

jusqu'au : 18 NOVEMBRE 2012


 

Mise en scène : Jean-Claude PENCHENAT


avec Désiré Reniflard : Paul MARCHADIER - Don Melchior de Bovadilla : Damien ROUSSINEAU - Le capitaine don Gaspar : Alexis PERRET - Le comte de San Lucar : Samuel BONNAFIL - Dona Beatrix d'Asgtorga : Flore GANDIOL - Elisabeth Farnèse, reine d'Espagne : Chloé DONN / Jeanne GOGNY - Griselda : Judith MARGOLIN / Sarah BENSOUSSAN.



 

Heureuse initiative que celle qui consiste à remettre au goût du jour un auteur que certains d'entre nous auraient bien tort de croire :  " passé de mode " ...

Car, si le théâtre romantique eut de façon incontestable, son heure de gloire,  plus personne ou presque n'ose désormais s'y aventurer. On préfère au lieu de cela adapter des romans en les bricolant pour la scène, ce qui débouche le plus souvent sur le résultat que l'on sait.

Théophile Gautier se classe pourtant parmi les auteurs qui utilisèrent le mieux la langue française, richesse du vocabulaire, sens du rythme, autant de qualités faisant défaut à beaucoup de nos auteurs actuels et ici, c'est du Hugo en plus alerte ! ...

Ajoutez à cela la virtuosité d'un metteur en scène tel que Jean-Claude Penchenat et vous serez certains de passer l'une des meilleures soirées théâtrales de la saison (même si en cette période de l'année, j'ai l'air d'anticiper.)    

Nous sommes à la cour d'Espagne, le monarque régnant étant Philippe V dont l'épouse fut la Grande Duchesse de Parme. Or l'étiquette veut, qu'en dehors du roi (bien sûr) personne n'ait le droit de poser une main sur la reine, au risque de commettre un crime de lèse-majesté. Cet acte improbable étant passible de la peine de mort, que faire quand la reine victime d'un cheval emballé est en danger ? Ce sera le prétexte de l'action débouchant sur une foule de péripéties.

Amour, quiproquos mais également étude précise de caractères, tout y est.

Et puis, cerise sur le gâteau si je puis dire, les cabrioles de Désiré Reniflard qui nous présente le prologue, nous gratifie de didascalies ironiques tout en se glissant tour à tour dans le rôle du souffleur, du régisseur de sons ou de l'alguazil de service ajoutent encore à notre bonheur !

Difficile de vous les nommer tous mais sachez que Damien Roussineau en dépit de son personnage fort peu sympathique est fantaisiste à souhait et que la reine en la personne de Jeanne Gogny (le soir où j'y étais) nous offre sa beauté altière soulignée par un accent qui ajoute de la sensualité au personnage ce, de façon indéniable. 

Une excellente soirée en perpective vous attend donc au Lucernaire, courez-y vite ! Comment ? Vous n'êtes pas encore partis ! ...

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

reinetsuivantes.jpg

(photo : LOT)


 

19:43 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.