Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2012

L'amour existe de Mitch HOOPER

visuel-amour.jpg


A LA FOLIE THEATRE

6, rue de la Folie Méricourt

75011 PARIS


(M° St-Ambroise)


loc. 01 43 55 14 80


www.folietheatre.com


jeudi, vendredi, samedi à 21h.30

dimanche à 18h


.

jusqu'au 21 OCTOBRE 2012


 

Mise en scène : Thierry MOURIAN et Christine CASILE

avec Florence GOUT et Patrick DELLA TORRE


 

On a envie de faire précéder le titre de cette pièce par,  

En dépit de tout, ...  " l' amour existe." 

Car ici, c'est une autre histoire. Celle d'un cruel manque d'amour en fait..

Un homme est enfermé dans une cellule et tue le temps en essayant de reconstituer un puzzle. Démarche hautement symbolique !  (pléonastique même quand nous en saurons plus)  Une femme va s'activer auprès de lui, sorte de mouche du coche qui le contraindra à avancer en direction de la vérité, celle qu'il se cache à lui-même, celle qui est susceptible de tout expliquer.  Le thème est âpre. N'oublions pas que Mitch Hooper vécut un temps dans l'ombre de Pinter. L'empreinte de ce dernier se retrouve dans ce texte où l'analyse psychologique joue impitoyablement les détectives.

Le spectateur tout au long de la pièce se posera beaucoup de questions lesquelles ne trouveront de réponse qu'en toute fin et l'issue ne sera peut-être pas celle que nous aurions souhaitée mais tout acte est porteur de conséquences. Il ne pouvait donc en être autrement.

Michel (Patrick DELLA TORRE) est un  homme dont l'évolution a été stoppée par un traumatisme, Nier, feindre l'amnésie sont ses seuls moyens de protection.

C'est compter sans la pugnacité de Joëlle (Florence GOUT) qui l'interroge, qui le bombarde littéralement de questions alors que dans sa tête, il est resté un oiseau victime qui rêvait d'être un aigle avant de se retrouver dans la peau d'un vautour. Il paraît si fragile pourtant que la connaissance de ses actes peine à effacer la sympathie, le désir de protection qu'il déclenche. 

Ceux qui sont curieux de démêler le pourquoi du comment tout en étant friands de faits divers apprécieront plus particulièrement ce thème peu présent jusqu'alors au théâtre.

Sanglée dans un rôle privilégiant l'efficacité, nous ne découvrirons le potentiel de nuances et de sensibilité de la comédienne qu'au moment où devançant la Justice nous nous résoudrons  à dire : " la cause est entendue."

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

Amour-2.jpg


19:14 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.