Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2012

Doris Darling de Ben Elton

visuel-DD.jpg


THEATRE du PETIT ST-MARTIN

17, rue René Boulanger

75010 PARIS


(M° Strasbourg-St Denis)


loc. 01 42 08 00 32


www.petitstmartin.com

& doris-darling.com


 

A 21h. du mardi au samedi

Dimanche à 16h.30

 

Adaptation et mise en scène,

Marianne Groves


avec Marianne Sergent, Amélie Etasse, Thierry Lopez, Eric Prat, François Siener.

 

rouge-noir.jpg

 

En attendant que le spectacle commence, la salle se retrouve face à un impressionnant univers aquatique ... allusion aux squales de la presse ? Toutes les suppositions sont permises. Musique d'attente puis D.D. (Marianne Sergent) fait son apparition dans une tenue pour le moins étonnante arborée par une femme qui n'est quand même plus une " minette. "  Silhouette néanmoins sculpturale, seul le chignon-pièce-montée surmonté d'un petit bibi ridicule, trahit l'âge de la dame. Mais ne fallait-il pas camper le personnage ? ... Dévastatrice elle est, la Doris Darling, foulée de grande tigresse sur un terrain de chasse, langue de vipère et projets assassins.

En rouge et noir, juchée sur des talons de 10 cm, sanglée dans une ceinture en vernis de la largeur d'un corset dont elle n'a nul besoin, on s'attendrait à la trouver au coin de la rue St-Denis. Vous l'avez compris, ce soir on ne fera pas dans la dentelle. Tous ses partenaires seront du même acabit, caricatures d'eux-mêmes et nous n'en aurons la logique explication qu'en toute fin de pièce. Dans l'intervalle, il va s'en passer des choses ! ... Le langage n'est pas particulièrement châtié (c'est un euphémisme)  et dans les rangs des spectateurs, ça glousse sec quand ça ne hoquette pas carrément de rire. C'est sans nuance " brut de décoffrage " mais ils déploient tous une telle énergie qu'on en oublie les excès pour être admiratifs. Et puis quoi, soyons fous pour un soir ! Le politiquement correct nous assomme assez tout au long de l'année pour que l'envie nous prenne de passer outre. C'est donc à une petite cure de folie pure à laquelle vous êtes conviés. Irrémédiablement coincés s'abstenir, tous les autres s'éclateront littéralement.


 Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com 

 

pouf.jpg


 

11:25 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.