Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2012

Julie des Batignolles de Pascal Laurent

Paulo-Greta-h_modifié-1.jpgTHEATRE LA BRUYERE

5, rue La Bruyère

75009 PARIS


(M° St-Georges)


loc. 01 48 74 76 99


Pl. 40€, 32€, 24€ (hors frais de garde 1,50€)


Du mardi au samedi à 21h

matinée le samedi à 15h.30


 

Mise en scène : Eric Métayer


avec : Philippe Lelièvre, Viviane Marcenaro, Manon Gilbert, Thierry Liagre et Kevin Métayer.

 

Paulo-Julie.jpg


 

Un abri de chasse, des planches pourries qui n'ont pas connu la peinture depuis la guerre. (Pas la dernière, c'est encore trop près, celle de 14 )

Arrivée de Paulo (Philippe Lelièvre) qui se prend pour Humphrey Bogart et Papillon réunis, suivi de Riton les rouflaquettes (Kevin Métayer) dans un grand bruit de gamelles car le beau gosse quand il ne jongle pas avec les cartes est un tantinet maladroit.

Greta (Viviane Marcenaro) ne tardera pas à faire son apparition, la croupe ravageuse et le verbe haut, flanquée d'un toutou agrémenté d'une aigrette. (Faut c' qui faut.)

On comprend très vite qu'il y a du kidnapinge dans l'air et la minette qui en a fait les frais (Manon Gilbert) n'a pas la langue dans sa poche, elle non plus. A croire comme le fait remarquer un personnage qu'elle a dans son enfance été vaccinée avec une aiguille de phono.

Seulement voilà, même si l'abri est habituellement destiné à la chasse aux canards, les poulets ne sont pas loin. En voici même un superbe spécimen appartenant à la race " gendarmerie " (une spécialité du coin) gras comme un chapon, c'est du reste son nom (Thierry Liagre dans le civil).


Quand le rififi commencera, quelques spectateurs se demanderont si en guise de tenue de soirée, ils n'auraient pas mieux fait de revêtir un gilet pare-balles. D'autant que bien entendu, ces dames se font la guerre et Paulo a bien du mal à canaliser les souris.

Vous l'avez compris, ce n'est pas triste. Il paraît même que perchés sur leur petit nuage, Frédéric Dard & Audiard père n'arrêtent pas de se chamailler pour revendiquer la paternité de la jactance d'en bas.

Nous, pour un peu, on y retournerait rien que pour le plaisir de se dérouiller les zygomatiques qui depuis quelques temps ont tendance à pointer au chômage.

Et puis on est contents de constater que chez les Métayer la relève est assurée car trois générations, c'est déjà presque une dynastie !

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com 

 

avec-gendarme.jpg

( Photos : LOT )


13:23 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.